Le CDH pris en tenailles

COPPI,DAVID

Page 5

Mardi 2 février 2010

Partis Le parti de Joëlle Milquet harcelé par le MR, ciblé par Ecolo

Analyse

Tout ça en quelques jours… D’abord, il y a une semaine, le Manifeste MR. Humain, humaniste, et tout. Le grand « recentrage », comme on a dit. Ce qui ne fait pas forcément l’affaire du CDH, et a fait réagir sa présidente au quart de tour, qui ironise, n’est « pas dupe », se dit certaine que les gens préféreront l’original à la copie, et, insiste-t-elle, aux mots, préfère les actes. Passons.

Mais voilà : samedi, Le Soir a publié un entretien du troisième type avec Jean-Michel Javaux, co-président d’Ecolo, qui livre sa foi in extenso, l’illustre dans sa vie privée, s’en explique en politique, et n’oublie pas d’épingler le CDH à la fin, un peu sur l’air : « Eux ne disent pas leurs convictions… ».

Reprenons. Richard Miller pour le MR lance : « Les vrais humanistes, c’est nous ». Puis Jean-Michel Javaux fait savoir en substance : « Le “vrai” chrétien, c’est moi »… Au milieu, le CDH est pris en tenailles. Et peut s’inquiéter pour son électorat. De surcroît lorsque le parti s’avoue à la recherche d’un nouveau souffle, après huit ans d’existence ; que les sondages ne le tirent pas de la quatrième place au classement francophone. Autrement dit : le parti à l’Orange de Joëlle Milquet n’est pas au mieux de sa forme, et c’est à ce moment que les bleus et les verts s’y mettent ! Pure coïncidence, sauf qu’il n’y a pas de hasard. Et qu’a posteriori, la « lecture » politique des événements s’impose. Le CDH est « objectivement » la cible d’une double offensive.

Rue des Deux-Eglises, la présidente et ses parlementaires n’ont pas éludé le sujet lundi matin, après que les téléphones portables eurent chauffé tout le week-end à la lecture de la confession écologiste – chauffé dans tous les sens : CDH-CDH, CDH-Ecolo, aussi CDH-Soir… Les centristes-humanistes sont « choqués », mais discrets. Catherine Fonck consent à ce commentaire : « Que Jean-Michel Javaux expose comme il l’a fait sa vie privée, c’est son choix. Qu’il explique à leur place ce que seraient les convictions religieuses de certains dans d’autres partis, dont le CDH, les miennes notamment, citées dans son interview, ça, c’est différent, ça ne va pas du tout. » La présumée stratégie politique derrière ? La vice-présidente du CDH : « Le Manifeste MR, ce sont des mots, et en plus, il est flou. Pour Jean-Michel Javaux, je ne sais pas s’il a des vues stratégiques à travers son entretien, s’il veut “manipuler”… On peut avoir un doute. Mais c’est à lui de le dire ».

Les verts aussi, lundi matin, ont évoqué l’interview du patron. Lequel a assumé devant les siens, avec un bémol : si c’était à refaire, a-t-il expliqué, il n’aurait pas parlé de personnalités d’autres partis, ou aurait réclamé la confidentialité. Reste que son propos-choc ne divise pas (il eût pu) au premier abord ; l’aile laïque du parti reste « zen », comme nous l’écrivions hier. Murielle Gerkens, chef de groupe à la Chambre, résume : « L’interview a étonné certains, c’est vrai, même si tout le monde connaissait ses convictions. Ce qui importe, c’est que Jean-Michel a fait la différence entre sa foi et les positions politiques. C’est la richesse d’Ecolo que d’être un parti “pluriel”. » Les visées stratégiques ?, l’envie de rogner dans l’électorat chrétien du CDH ? « Rien à voir. Les gens connaissent nos positions sur les thèmes éthiques, et s’ils viennent à nous, c’est pour l’“écologie politique”, voilà ce qui compte. »

Pour autant, partagé en quatre partis dominants, le paysage politique francophone n’est pas une terre figée et, sans mauvais jeu de mots : en ce moment, ça bouge en dessous.

p.16 & 17 en forum : analyses et interviews