Le Congo lance sa compagnie aérienne La LAC devrait démarrer le vol Kinshasa-Bruxelles à la mi-août

DERMINE,MELODY

Page 5

Mardi 4 août 1998

Le Congo lance sa compagnie aérienne La LAC devrait démarrer le vol Kinshasa-Bruxelles à la mi-août

La saga d'Air Zaïre, déclarée en faillite en 1995, pourrait enfin trouver un épilogue heureux. Et la curatelle pourrait ainsi régler un passif important tant vis-à-vis des anciens employés de la compagnie que d'autres créanciers tels la Sabena et la Régie des voies aériennes. A l'époque de la faillite, on estimait le montant des dettes d'Air Zaïre à plus d'1,5 milliard de francs, dont quelque 700 millions pour le passif social.

Comme le révélait le «Financieel Economische Tijd» samedi, les Lignes aériennes congolaises (LAC) devraient démarrer, à partir de la mi-août, des vols réguliers entre Kinshasa et Bruxelles. A moins que cette compagnie publique, née sur les cendres d'Air Zaïre, ne tombe directement dans le lac au vu des derniers événements à Kinshasa et du climat politique très fragile...

En vertu de l'accord bilatéral signé entre la Belgique et l'ex-Zaïre, chaque gouvernement peut désigner une compagnie aérienne pour l'exploitation des lignes entre les deux pays, à raison de trois fréquences par semaine. Après la faillite d'Air Zaïre, la compagnie privées Scibe Airlift a repris, à titre temporaire, l'exploitation des vols au départ de Bruxelles d'abord, et ensuite de l'aéroport de Charleroi, où elle a stoppé ses activités depuis février dernier. Le 27 juin, le gouvernement Kabila a donc désigné la LAC comme opérateur officiel de la République démocratique du Congo pour les vols vers la Belgique.

Du côté belge, la Sabena opérait trois vols Bruxelles-Kinshasa par semaine et a ajouté une quatrième fréquence depuis le mois de mai. Comme il s'agit d'une fréquence normalement réservée à la compagnie congolaise, la Sabena paie des royalties à la LAC.

LES ROYALTIES DE LA SABENA

La curatelle d'Air Zaïre a négocié ferme avec le ministre congolais des Transports pour que la LAC reprenne non seulement la licence d'exploitation d'Air Zaïre, les droits aériens mais aussi une partie des dettes de la compagnie faillie. La curatelle jubile: le passif social, qui concerne environ 150 personnes (ex-employés de Bruxelles, Paris, Rome...), pourra enfin être réglé. Et la Sabena pourrait très bien «récupérer» les royalties qu'elle verse à la LAC, et effacer ainsi la dette de 150 millions due par Air Zaïre. La Régie des voies aériennes devrait, elle, récupérer près de 100 millions.

Le décollage des Lignes aériennes congolaises est prévu vers le 15 août. Car il ne suffit pas d'avoir la licence, la compagnie doit aussi trouver des avions en location. Il est clair qu'elle ne pourra pas payer les dettes d'Air Zaïre dans les trois prochains mois, écrit le «Tijd». Les revenus de la LAC seront dans un premier temps réinvestis dans l'entreprise. Même si la compagnie part sur une base solide, encore faut-il que le climat politique ne se détériore pas...

My D.