Le FDF laisse une semaine au MR

n.c.

Lundi 23 février 2009

Le FDF attend une clarification du MR pour le début de la semaine prochaine, a fait savoir son vice-président Bernard Clerfayt. La fédération libérale se déchire depuis que Didier Reynders a annoncé la venue de Rudy Aernoudt au sein du MR. Une situation très malvenue, à quelques mois du scrutin régional et européen.

Le FDF attend du MR, pour le début de la semaine prochaine, une clarification générale à la suite des propos tenus par le président de LiDé Rudy Aernoudt, a fait savoir le vice-président du FDF, Bernard Clerfayt. « Toute personne qui rejoint les listes du MR doit s’engager à respecter le MR et son programme élaboré par toutes ses composantes. La venue de M. Aernoudt ne doit pas être un facteur de division mais au contraire renforcer la force de changement qu’est le MR pour faire basculer le centre de gravité en Wallonie, nous renforcer à Bruxelles et résoudre de manière pacifique le contentieux en périphérie », a-t-il déclaré.

Le FDF ne reconnaît pas le MR dans les propos tenus par le président de LiDé à propos des chômeurs. « Notre volonté, c’est de redresser la Wallonie, pas de s’attaquer aux chômeurs », a expliqué M. Clerfayt.

Les positions de LiDé sur Bruxelles ont également ulcéré le FDF. M. Clerfayt a plus particulièrement épinglé les déclarations du président du LiDé (pour Libéral et Démocrate) sur RTL-TVI dimanche passé. Rudy Aernoudt a rappelé que l’élargissement administratif et politique de Bruxelles n’était, à ses yeux, pas une priorité mais qu’il fallait aborder la question sous l’angle économique. Il a également expliqué que, d’après certaines statistiques, à peine 36 % des Bruxellois avaient le français comme langue maternelle. Il s’est dit par ailleurs en faveur d’une régionalisation de la culture et de l’enseignement et d’une fédéralisation des normes de bruit des avions.

Bernard Clerfayt suggère à Rudy Aernoudt de garder ses réflexions pour lui ou de les réserver à l’intérieur du parti.

Les griefs du FDF portent aussi sur le caractère « ultra-libéral » des propositions de LiDé, qui vont à l’encontre de l’idée de libéralisme social à l’origine du MR. En quelque sorte, c’est toute la frange centriste des Réformateurs qui se sent lésée.

Le FDF épingle aussi l’incohérence qu’il y aurait à placer des candidats FDF et LiDé sur les listes MR aux élections régionales bruxelloises alors que leurs idées sur ces sujets sont totalement différentes.

Maingain : « Reynders doit choisir : le FDF ou Aernoudt »

« Vendredi soir, à la réunion intergroupe au MR, nous avions clairement dit que Rudy Aernoudt devait se présenter comme adhérent du MR. Plus question de LiDé. Il y avait un consensus là-dessus », soulignait pour sa part Olivier Maingain, président du FDF, dans les colonnes du Soir de ce lundi. « Je constate aujourd’hui que ce n’est pas le cas : on laisse vivre LiDé et Rudy Aernoudt continue de parler des dix points de son programme, qui ne sont pas le programme du MR. » Pour Olivier Maingain, on en est donc à la fin du MR. « Si le MR privilégie le bout de chemin avec Aernoudt, ce sera sans le FDF ! », dit-il au Soir. Didier Gosuin n’assène pas autre chose : « Nous ne nous retrouvons plus ni dans le discours ni dans les idées », lâche l’ancien ministre régional. Et d’annoncer : « Nous pouvons nous présenter seuls aux élections, nous en avons le poids électoral. ». Le FDF tiendra un conseil général le 2 mars.

Aernoudt : « c’est de la cuisine interne »

Le président de LiDé n’a pas souhaité se mêler de la « cuisine interne » du MR. Rudy Aernoudt s’est contenté de rappeler que le programme de sa formation est avant tout socio-économique et non communautaire.

L’élargissement de Bruxelles est l’une des pommes de discorde entre LiDé et le FDF qui en a fait l’une de ses revendications fondamentales. « Moi, je ne suis ni pour, ni contre mais, quand même, il faut être réaliste. Ce qui compte, c’est l’élargissement économique de Bruxelles. Je raisonne comme Bill Clinton : ’It’s the economy, stupid !’. Le programme de LiDé est avant tout socio-économique. Le programme du FDF est avant tout communautaire. Selon moi, il n’y a pas de contradiction », a-t-il souligné.

Des mécontents chez LiDé

Le mécontentement se fait aussi sentir chez LiDé. Evoquant dimanche sur RTL-TVI le nom d’un certain Eric Bruckmann, le président de LiDé annonçait disposer à Liège d’un bon candidat. Sur le site de LiDé, Eric Bruckmann a tenu à démentir cette information. « Dans le cadre de l’accord avec le MR tel qu’il aurait été entériné, j’ai été très clair avec MM Aernoudt et Reynders qu’en aucun cas, je n’accepterai que mon nom figure sur une liste étiquetée MR », a-t-il précisé lundi.

Sur le même site internet, on apprend que LiDé Brabant wallon organise une réunion à Louvain-la-Neuve mercredi soir, afin de « parler ouvertement » de la situation d’association avec le MR. « Nous savons que bon nombre d’entre vous auraient préféré voir LiDé aller seul aux élections, et révolutionner rapidement le système politique belge. Nous comprenons parfaitement votre déception et la partageons, car nous sommes de vrais LiDéalistes », mentionne le site.

LiDé rappelle sur son site avoir, avec le MR, opté pour un choix « stratégique », qui permettra aux candidats de M. Aernoudt d’avoir plus de « visibilité ».

Samedi, Didier Reynders et Rudy Aernoudt ont donné une conférence de presse commune pour annoncer le rapprochement entre MR et LiDé.

Ce lundi matin, Didier Reynders devait présenter la liste européenne du MR. L’occasion, estimait-il, d’accueillir en grande pompe Rudy Aernoudt. Mais la fête n’a pas eu lieu, avenue de la Toison d’Or, la fronde est trop grande au MR.

(belga)