LE GRAND PRIX DE L'UNION DE LA CRITIQUE DU CINEMA BREVE HISTOIRE D'AMOUR L'EMPORTE

HONOREZ,LUC

Page 8

Lundi 7 janvier 1991

Le Grand Prix de l'Union de la Critique du Cinéma

«Brève Histoire d'amour» l'emporte

Trente-six membres de l'Union de la Critique du Cinéma (UCC) ont décerné, samedi, leur annuel Grand Prix à «Brève Histoire d'amour», du cinéaste polonais Krzystof Kieslowski.

Cinq films participaient au débat. «Bouge pas, meurs et ressuscite», de Kanievski, et «Roger et moi», de Michaël Moore, furent éliminés. Et après cinq heures de discussions, trois oeuvres obtenaient encore chacune 12 voix: «Le Mari de la Coiffeuse», de Patrice Leconte, «Sailor et Lula», de David Lynch, et «Brève Histoire d'Amour». Leconte exclu, les partisans de Lynch et de Kieslowski s'affrontèrent, et ce fut «Brève Histoire d'amour», sorti rapidement en Belgique en janvier 1990, qui emporta la palme.

Longtemps ignoré, Kieslowski incarne maintenant le cinéma polonais à lui tout seul, comme, jadis, Wajda. Découvert dans les festivals, le cinéaste a connu la célébrité grâce à dix films pour la télé, inspirés des Dix Commandements et réunis sous le titre générique de «Décalogue». Deux d'entre eux ont aussi été tournés pour le cinéma: «Tu ne tueras point» et «Brève Histoire d'amour», ce dernier correspondant au commandement «Tu ne seras point luxurieux».

Contrairement à «Tu ne tueras point», «Brève Histoire» n'est pas construit sur une peinture sociale mais raconte le climat oppressant dans lequel vit Tomek, un postier de 19 ans, vierge et frustré, qui observe avec une lunette d'approche, depuis sa chambre, une jeune femme qui, s'en rendant compte, lui administre froidement la preuve que l'amour se réduit au sexe, à un bref spasme. Le film, interprété par Grazyna Szapolowska et Olaf Lubaszenko, bascule alors dans le drame et l'idée de rédemption. Le thème fort de cette oeuvre est le viol de la dignité.

Rappelons que l'UCC ne couronne pas le meilleur film de l'année mais celui qui a le mieux contribué au rayonnement du 7Šme art.

L. H.