LE GROUPE WALIBI ENREGISTRE UNE CHUTE IMPORTANTE DE SES BENEFICES LE KANGOUROU MODERE SES BONDS

CHALKLIN,MICHAEL

Page 5

Jeudi 15 octobre 1992

Le groupe Walibi enregistre une chute importante de ses bénéfices

Le kangourou modère ses bonds

Au coeur de l'été, le kangourou a toussoté. Walibi y a perdu des plumes. Le résultat brut d'exploitation a chuté de 68,9 %. Pas de panique.

Né en 1975, le groupe Walibi avait jusqu'à présent affiché une santé insolente. Le kangourou modère aujourd'hui ses bonds. La suspension, mercredi, de la cotation du titre à la bourse de Bruxelles avait mis la puce à l'oreille. En 1992, le groupe a enregistré une baisse de fréquentation de l'ordre de 10 % pour l'ensemble de ses parcs d'attraction. Quant au bénéfice (avant impôts) d'exploitation arrêté le 31 août, il a chuté de 529 à 165 millions. Une érosion de 68,9 %. L'été de Walibi a été pourri.

Cette saison, le groupe aura cependant accueilli 3,8 millions de visiteurs. Ce chiffre était de 2,9 millions en 1990 et de... 3,8 millions l'année passée. Du surplace? Non, un recul. Depuis 1992, le kangourou a deux parcs de plus dans sa poche: Walibi Aquitaine (ouvert en avril) et Flevohof (qui a fonctionné durant quatre mois aux Pays-Bas) ont attiré respectivement 224.000 et 125.000 visiteurs.

OCÉADE POUR 95 MILLIONS!

Jusqu'à ce jour, le groupe Walibi n'avait cessé de faire des bonds de joie. Le parc de Wavre avait ainsi multiplié les petits au fil des saisons. Essaimage ou rachat de nouveaux parcs de loisirs: Avenirland (Alpes françaises - 1982), Mini Europe (1989), Bellewaerde (1990), Walibi Schtroumpf (Metz - 1991), Walibi Aquitaine (1992) et Flevohof (1992).

Enfin, la reprise du parc aquatique Océade (plus de 200.000 visiteurs par an) s'est concrétisée le 18 septembre dernier. Ouvert en 1988, ce parc avait représenté un investissement de quelque 400 millions. Le groupe Walibi a acquis la totalité des actions de la SPAH (Société du parc aquatique du Heysel) pour 95 millions. Une affaire en or. Président et administrateur délégué du groupe, Eddy Meeùs a parlé, hier dans son fief wavrien, de synergie avec Aqualibi.

Mais le kangourou doit aujourd'hui refréner ses ardeurs. Le chiffre d'affaires consolidé du groupe au 31 août s'élève à 2 milliards contre 1,895 en 1991. Hormis Walibi Aquitaine et Flevehof, ce chiffre s'établit cependant à 1,807 milliard.

FREINER LES INVESTISSEMENTS

Fin juin, le groupe était pourtant en légère hausse par rapport à 1991. M. Meeùs explique le revirement de tendance par la grève des transporteurs routiers en France, la météo grincheuse du mois d'août et la concurrence de manifestations extraordinaires (les Jeux Olympiques de Barcelone, les Floriades aux Pays-Bas et l'Exposition universelle de Séville).

Mardi, le titre Walibi avait chuté de 2.650 à 2.400 F (- 9,43 %). Le cours bougeait anormalement. D'où la suspension de cotation de mercredi. Dividende compromis ou affecté? Eddy Meeùs: Nous avons suffisamment de réserves pour payer un dividende mais il faut attendre la décision du conseil d'administration de début 1993. Une certitude: le groupe va donner un coup de frein à ses investissements. Seul investissement important en 1993: 200 millions pour une attraction aquatique au parc Flevohof. Le kangourou doit reprendre son souffle.

MICHAËL CHALKLIN