Le plus grand delphinarium

SURMONT,EDDY

Page 10

Lundi 26 février 1990

Le plus grand delphinarium

d'Europe se construit à Bruges

Pour autant que la météo ne nous réserve pas une période de froid intense d'ici là, le plus grand et le plus moderne delphinarium couvert d'Europe ouvrira ses portes au Boudewijnpark à Bruges avant la mi-mai 1990. Il remplacera le delphinarium détruit par un incendie, le dimanche 8 mai 1988, dans lequel avaient péri trois dauphins et une collection unique de reptiles.

Avec une surface d'eau de 850 mètres carrés pour un bassin de trois millions de litres d'eau de mer artificielle, avec une capacité d'accueil de mille huit cents spectateurs, le delphinarium de Bruges ne sera pas seulement le plus grand d'Europe... il sera aussi le deuxième delphinarium couvert du monde, après celui de Brookfield Zoo, à Chicago, aux Etats-Unis. Seules des infrastructures en plein air, comme Sea World, en Floride, peuvent accueillir plus de monde.

La construction de ce delphinarium brugeois s'élèvera à quelque cent vingt-cinq millions de francs; il sera édifié selon les techniques les plus modernes, avec une coupole autoportante d'un diamètre de 64 mètres. Le delphinarium abritera le bassin central dans lequel dauphins, otaries et, dans un stade ultérieur, même des orques amuseront leur public. Des bassins annexes et un bassin «de quarantaine» seront également construits. Dans une autre partie du bâtiment, on pourra visiter une galerie, abritant une exposition scientifique éducative permanente.

Normes très sévères

Fin 1989, des directives très sévères furent émises, quant aux dimensions minimales des bassins de delphinariums. Le respect de ces règles est nécessaire pour recevoir l'autorisation de l'organisme américain qui contrôle le marché mondial des dauphins. Seul le delphinarium de Bruges répondrait aux nouvelles normes. Au Zoo d'Anvers (l'autre delphinarium en Belgique), on songerait à construire une nouvelle installation à Plankendael, près de Malines.

Aux Pays-Bas, on ne compte plus que le delphinarium de Harderwijk. En Grande-Bretagne leur nombre a diminué de dix-huit, il y a vingt ans, à trois aujourd'hui.

Héberger des dauphins dans les meilleures conditions, cela coûte énormément d'argent, affirme Bernard Logghe, directeur du Boudewijnpark. Si en 1973, le parc enregistrait encore plus que trois cent mille spectateurs, leur nombre diminua à cent cinquante mille en 1987. Depuis l'année dernière - deux cent mille visiteurs dans le delphinarium «en plein air» de fortune - une relance semble s'être amorcée.

Puck attend famille

Au chapitre «bonnes nouvelles», on apprit également, à Bruges, que Puck, un des quatre dauphins femelles du Boudewijn-park attendait famille, pour le mois de juin ou juillet. L'heureux papa serait Tex.

Les entraîneurs des six dauphins du Boudewijnpark espèrent que la présence d'un bassin de quarantaine, spacieux et confortable, aura un effet bénéfique, lors de la naissance du bébé dauphin. Il est en effet très rare qu'un dauphin né en captivité survive plus longtemps que quelques jours... Cet «exploit» fut pourtant déjà réalisé au Boudewijnpark. Le premier octobre 1987, y naquit en effet Oshi... Ses deux parents devaient périr dans l'incendie du 8 mai 1988. Le mardi 10 mai, Oshi mourut à son tour, malgré les soins intensifs qui lui furent prodigués au delphinarium hollandais de Harderwijk.

EDDY SURMONT.