LE RAPPROCHEMENT TOURISTIQUE S'EST TERMINE PAR UNE JOUTE ENTRE MACAS ET BOUILLONNAIS WAVRE A PRIS LE BOUILLON LA BOUCHE OUVERTE

SONON,CHRISTIAN

Page 19

Jeudi 21 mai 1992

Le rapprochement touristique s'est terminé par une joute entre Macas et Bouillonnais

Wavre a pris le bouillon... la bouche ouverte!

Pourquoi Wavre et Bouillon? Si la Dyle n'est pas la Semois, ni le château de l'Ermitage le prestigieux château fort ardennais, la cité du Maca, à l'image de Bouillon, n'en est pas moins très prisée par les touristes dits «d'un jour» et ce, bien sûr, grâce à son célèbre parc d'attractions.

Et puis, surtout, il y a les affinités. Si Jacques Pierret, bourgmestre de Bouillon, a de la famille à Limal, Charles Aubecq, son homologue wavrien, possède une chasse dans l'entité ardennaise, chasse qu'il arpente depuis 34 ans. Bernard Doffagne, le président du Syndicat d'initiative de Bouillon, avoue quant à lui visiter depuis des années des amis habitant Wavre, avenue... Duc Godefroid Ier. Enfin, Jean et Alice n'étaient-ils pas les derniers descendants du seigneur Godefroid de Wavre. C'est mentionné au Syndicat d'initiative que préside... Marcel Godfroid.

Bref, qu'ils soient dus au hasard ou à un choix délibéré, les atomes crochus ne manquent pas entre Bouillon, «perle de la Semois et des Ardennes belges», et Wavre, «fille de la route et du commerce». Ce rapprochement, dont la première étape s'est concrétisée ce mercredi par la visite des Bouillonnais dans la cité du Maca, n'est donc pas le résultat d'un mariage forcé, voulu par les Fédérations touristiques du Luxembourg et du Brabant. Les deux villes étaient amoureuses, voilà tout!

Après la réception des Bouillonnais à l'Hôtel de ville, les discours et échanges de cadeaux faits en toute simplicité, les représentants des deux villes - dont les confréries du Stofé et de la bière Godefroy en grandes pompes - ont visité les échoppes bouillonnaises montées le long de l'Hôtel de ville. Bière Godefroy, saucissons, tourtes, souvenirs... Le tout s'est vendu comme des petits pains. Nouvelle coïncidence: Dominique Pauwels, à qui l'on doit les tourtes au marcassin mijotée dans la bière Godefroy, est un ancien Wavrien!

L'après-midi avait pour cadre ensoleillé le parc d'attractions de Walibi qu'avaient rallié en masse les jeunes Bouillonnais. Lors des joutes qui opposèrent les deux villes, ceux-ci allaient non seulement se montrer plus ardents supporters, mais également sportifs plus habiles.

On n'est pas en vain concitoyen de Philippe Albert: hormis l'épreuve réservée aux plus jeunes qui devaient tirer sur le sable le géant Maca, l'équipe visiteuse remporta brillamment les trois autres joutes. À savoir la traversée de l'étang pour aller délivrer leur seigneur Godefroy - les Wavriens devaient libérer dame Alice -, l'épreuve de tir à la corde et les combats des chevaliers sur l'étang. Un jeu «tordant» qui a envoyé dans l'eau les templiers wavriens qui, avec leur lourd costume du Jeu de Jean et Alice, ne sont jamais parvenus à se mettre debout sur la bouée!

Consolation: Wavre gagna le prix des meilleurs costumes. Un prix de repêchage?

Ch. S.