Le retour de Fernand Koekelberg

METDEPENNINGEN,MARC

Lundi 25 juin 2012

Police

L’arrêt du Conseil d’État annulant la dernière suspension de 4 mois prononcée à l’encontre de Fernand Koekelberg, l’ex-commissaire général de la police fédérale, implique son retour dans ses fonctions de « conseiller » auprès de l’actuelle commissaire générale Mme De Bolle, dès ce lundi. La ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet a indiqué avoir pris connaissance de cet arrêt et l’avoir soumis à examen. L’annulation de cet arrêté de suspension prend en compte des anomalies techniques : un retard dans la signature de cette décision écartant l’ex-commissaire général de ses nouvelles fonctions en raison de son inculpation par un juge d’instruction de Namur pour des faits de viol sur plainte d’une de ses relations : des faits que réfute avec énergie M. Koekelberg.

L’avocate de l’ex-commissaire général, Me Sautois, a indiqué que rien ne s’opposait à sa reprise du travail. Elle a également indiqué que cette suspension n’avait rien à voir avec les reproches qui avaient été adressés à M. Koekelberg à l’occasion de la défense de sa candidature à un poste de vice-président d’Interpol lors du congrès de l’organisation internationale au Qatar. La police fédérale indique avoir « pris acte » de la décision du Conseil d’État. Le juge d’instruction namurois a terminé son enquête. Une décision de poursuites ou de non-lieu dans le dossier « viol » mis à charge de Fernand Koekelberg devrait être prise sous peu..