Le RWF annonce la fin de la Belgique

BELGA

Mercredi 13 mai 2009

Le Rassemblement Wallonie France (RWF) a présenté mercredi à Charleroi son programme et l’essentiel de ses candidats sur l’ensemble de la Région et pour les élections européennes, en répétant sa conviction d’une « mort annoncée de la Belgique » et en disant de quelle manière il faut se préparer à une intégration de la Wallonie à la France.

Le président du parti, Paul-Henry Gendebien, a décrit la campagne électorale actuelle comme « une succession d’anecdotes populistes et d’affaires, en l’absence de programmes ». Tous les partis se ressemblent, avec, demain toutes les coalitions qui seront possibles, ajoute-t-il. Pour le président du RWF, les élections de juin constituent l’annonce d’une mort annoncée de la Belgique parce que, selon lui « les Wallons vont voter Belge, tandis que les Flamands vont voter Flamand ».

Pour Paul-Henry-Gendebien, les « temps à venir, au moment des discussions portant sur les problèmes linguistiques, seront orageux ». Mais au-delà, dit-il encore, « c’est la mort du régionalisme à la Belge qui s’annonce ». Selon lui, la mise en place de la Région avait pour objectif de réduire le chômage en Hainaut et ses chiffres sont plus importants encore qu’avant l’Objectif 1.

Pour le président du RWF, le problème qui se pose aujourd’hui est celui du fonctionnement des institutions, au moment où ce sont les partis qui dirigent la manoeuvre. La réponse du Rassemblement Wallonie France, a expliqué Paul-Henry Gendebien, doit consister à s’accrocher aux véritables valeurs républicaines.

Et d’épingler tout d’abord l’élection directe du ministre-président au suffrage universel ; mais aussi une modification du système électoral, qui permettrait le suffrage en deux tours, avec un élu par circonscription ; et enfin l’autorisation d’un référendum, le tout constituant un ensemble d’actions qui prépareraient une intégration à l’entrée en France.

Selon Paul-Henry Gendebien, des remèdes existent aux actuels problèmes que pose l’emploi : ainsi de l’augmentation des bas et des moyens salaires, couplée à une réduction des cotisations sociales. Pour Paul-Henry Gendebien, le RWF est, outre les quatre partis traditionnels, le seul à disposer d’une vision, d’une organisation et d’une véritable crédibilité au-delà même des frontières du pays.

Paul-Henry Gendebien était, pour cette présentation du programme du RWF, entouré de candidats figurant sur la liste du parti aux élections régionales et européennes, ainsi que d’Ernest Glinne, qui vient de se rallier au parti.

Ancien élu PS, Ernest Glinne a été bourgmestre de Courcelles, parlementaire et ministre de l’Emploi et du Travail de 1973 à 1974. Il a également été parlementaire européen dès 1979. Ces dernières années, il s’était rallié à Ecolo, pour siéger au sein du conseil communal de Courcelles, avant de passer au RWF lors de la dernière séance de ce conseil. Le RWF tiendra son congrès électoral le 17 mai prochain à 14 heures à la Maison de la Culture de Namur, notamment en présence d’élus venus de France.

(belga)