LE SUCCESSEUR DE WILLY GHENNE A PRETE SERMENT MERCREDI ARNOLD DEVILLE,MAYEUR D'ORP-JAUCHE

LEMINEUR,MARIANNE

Page 20

Jeudi 27 mai 1993

Le successeur de Willy Ghenne a prêté serment mercredi

Arnold Deville, mayeur d'Orp-Jauche

La commune d'Orp-Jauche accueille son nouveau bourgmestre. Arnold Deville, la septantaine alerte, a prêté serment, mercredi, entre les mains du gouverneur de la province de Brabant André Degroeve. Il succède à Willy Ghenne, décédé en mars dernier. Certains de ses proches le surnomment déjà «papa mayeur», du surnom que portait son père, longtemps bourgmestre de Petit-Hallet (Hannut).

Arnold Deville est entré en politique par tradition familiale et par amitié. Originaire de Petit-Hallet, il a grandi sous l'autorité d'un père au parfum de la politique communale. Un homme auquel Arnold Deville vouera un respect constant en suivant ses conseils... dont celui de se mettre sur les listes électorales.

Car le jeune Arnold ne songe pas à la politique. Il veut devenir entrepreneur. Un rêve qu'il réalise en créant une entreprise de peinture prospère. Il s'occupera notamment, en 1969, des peintures du Cyclotron, un des premiers bâtiments en construction de Louvain-la-Neuve.

Installé à Orp en 1947, marié à une Jauchoise (une «fusion» avant l'heure), il est sollicité par les socialistes de l'endroit et pressé par son vieil ami Edmond Leburton. Mais Arnold Deville rechigne. Son père lui conseille alors de se mettre sur les listes, en avant-dernière place. Afin d'amener des voix... mais il est élu!

Commence alors une longue carrière communale pour cet ancien coureur du 100 et 1.500 mètres. De simple conseiller, il occupe successivement l'échevinat des finances, de l'éducation et, enfin, celui du sport et de la culture. Il remplace le bourgmestre Willy Ghenne pendant sa longue maladie. À son décès, sa candidature est proposée à l'unanimité, fait rare dans les annales politiques.

Plein de projets, il se définit lui-même comme plus «social» que «socialiste».

- Je ne suis pas un politicien. J'aime la politique communale parce qu'elle me divertit et me permet de rendre service.

La qualité qu'il apprécie chez les gens? L'honnêteté.

En dehors de ses préoccupations publiques, Arnold Deville, aujourd'hui retraité, a toujours gardé le goût du sport. Après l'athlétisme, il s'est orienté vers le sport auto-moteur. Président pendant 44 ans du club de moto-cross à Orp, il est toujours vice-président de la Fédération motocycliste belge (ce qui lui vaut d'être parfait bilingue), administrateur du circuit de Spa-Francorchamps et administrateur du Comité olympique et interfédéral belge.

Le mayorat changera-t-il sa vie? Pas vraiment. Il faut dire que sa maison se situe sur le trottoir opposé à celui... de la maison communale!

M. Lr.