Les dernières inondations ont coûté 33 millions d’euros

n.c.

Mercredi 24 septembre 2008

Les inondations qui ont touché principalement la région liégeoise et le Limbourg du 28 mai au 3 juin ont coûté 33,3 millions d’euros aux assureurs, soit le tiers des primes « catastrophes naturelles » encaissées durant l’année en Belgique, selon Assuralia, le groupement des assureurs belges.

Au total, 9.031 dossiers dont 7.921 pour des habitations, ont été ouverts à la suite de ces inondations. Le coût moyen d’un sinistre lors de ces inondations s’établit à 3.688 euros. Un peu plus de 27 millions d’euros ont été octroyés pour indemniser les propriétaires/locataires de maisons qui représentent 7.921 dossiers sur un total de 9.031. Les assureurs ont aussi indemnisé les entreprises pour un peu moins de 5 millions d’euros (804 dossiers). Les agriculteurs ont quant à eux été peu touchés, les assureurs ayant enregistré à peine 78 dossiers pour 220.000 euros d’indemnisations.

Les inondations qui ont touché une partie de la Belgique du 28 mai au 3 juin ont principalement été importantes en région liégeoise, dans le Limbourg, dans une partie du Brabant flamand et de la région de Charleroi.

Les endroits les plus touchés par des sinistres d’habitations ont été Ougrée, Seraing, Esneux, Grâce-Hollogne en Wallonie ; et Tongres, Diest et Herk-la-Ville en Flandre.

Les entreprises agricoles ont été peu touchées même si les assureurs ont observé des sinistres assez lourds à Chaumont-Gistoux et Grâce-Hollogne. Enfin, les sinistres ont été nombreux pour les entreprises à Seraing, Liège, Esneux et Grâce-Hollogne mais aussi à Marcinelle et Tongres.

Depuis mars 2006, l’assurance incendie comprend obligatoirement une couverture des tempêtes et des catastrophes naturelles. « Avant, le consommateur devait faire appel au fonds des calamités dès qu’une catastrophe se produisait. Depuis 2006, il suffit de faire une déclaration auprès de son assureur, qui prend tout en charge », a rappelé Philippe Colle, administrateur délégué d’Assuralia. « Les délais d’indemnisation ont été fortement raccourcis car avec le fonds des calamités, il fallait parfois attendre plus de 7 mois pour être indemnisé ». Et Assuralia de souligner la rapidité avec laquelle étaient traités les dossiers soumis par les assurés.

En quelques jours, les inondations ont creusé l’encaissement des primes catastrophes naturelles d’un tiers (33,3 millions d’euros). Pour l’ensemble de l’année, les assureurs auront encaissé 106 millions d’euros de primes catastrophes naturelles.

(d’après Belga)