Les jeunes Bruxellois demandent une circonscription fédérale

n.c.

Page 17

Jeudi 27 mai 2010

Carte blanche

David Weytsman Président des Jeunes MR de Bruxelles-Capitale et de la périphérie Oliver Jung Président des Jeunes CDH-BHV, Laurence Willemse et Olivier Biérin Coprésidents d’Ecolo J

La Belgique connaît actuellement une crise institutionnelle profonde. Ce triste constat est le résultat d’une distanciation plus importante entre les hommes politiques flamands et francophones prisonniers d’un système institutionnel qui ne valorise pas le « souci » de l’autre communauté. En résultent des négociations interminables et des accords bancals qui fatiguent la population et que nous ne pouvons accepter.

Pour sortir de cette situation, les représentants bruxellois des mouvements de jeunesse politique Jeunes MR, Jeunes CDH, et Ecolo J (1) plaident avec force pour que tous les partis francophones défendent la création d’une circonscription fédérale durant la campagne électorale et dans les négociations institutionnelles qui suivront.

Les jeunes souhaitent que cette circonscription soit négociée dès le début de la prochaine législature dans le cadre d’un accord englobant notamment BHV.

Lancée en 2003, l’idée d’une circonscription électorale fédérale pour tous les Belges vise à promouvoir un mécanisme capable de renforcer à la fois notre système démocratique et notre modèle fédéral.

Cette circonscription électorale nationale dernière consisterait à faire élire une partie des parlementaires fédéraux (de 10 à 50) par l’ensemble des électeurs belges, peu importe leur domicile. Ces élus fédéraux seraient dès lors responsables devant tous les citoyens de chacune des trois Communautés composant notre pays.

Il ne nous appartient pas de discuter ici des modalités pratiques d’une telle circonscription fédérale. Mais nous sommes convaincus qu’en accepter le principe est fondamental si l’on veut continuer à donner un sens au vivre ensemble entre Flamands, francophones et germanophones, dans une même Belgique.

La crise actuelle nous montre que les politiques flamands et francophones ne sont pas parvenus à dialoguer efficacement entre eux. Pire, la population francophone de ce pays ne comprend plus les politiques flamands et vice-versa. Manifestement, il y a un véritable problème qui touche de près notre démocratie.

La circonscription fédérale présente de nombreux avantages. Elle réduirait incontestablement la division linguistique de l’opinion publique en contraignant les partis à enfin prendre en compte les souhaits de l’autre Communauté lors des campagnes électorales. Avec cela, fini les attaques contre une communauté en particulier !

De la sorte, la surenchère communautaire serait moindre et le compromis institutionnel – inévitable dans le cadre des institutions fédérales belges – plus facile à trouver après les élections. De plus, cela inciterait notre classe politique à davantage de multilinguisme. Comment est-il possible d’être encore ministre fédéral sans être bilingue ?

En soutenant cette réforme, qui semble indispensable dans le cadre d’un accord sur BHV, les jeunes, ensembles et unis, entendent jouer un rôle de premier plan dans la grande et inévitable réforme de l’État.

(1) Sollicité, le Mouvement des Jeunesses socialistes a refusé de participer à cet appel.