LES JOURNEES DU PATRIMOINE EN REGION BRUXELLOISE (1), CACHEZ CES "PASSIONS" QUE LES BELGES NE SAURAIENT VOIR

COUVREUR,DANIEL

Page 33

Samedi 2 septembre 1995

Les Journées du patrimoine en Région bruxelloise (1)

Cachez ces « Passions» que les Belges ne sauraient voir

L'oeuvre à scandale de Jef Lambeaux, le Michel-Ange du ruisseau, taboue depuis le 4 octobre 1899, sera visible au Cinquantenaire.

Trois jours après son inauguration officielle, le Pavillon des Passions humaines de Jef Lambeaux était fermé pour raison de «moralité». Près d'un siècle plus tard, la double porte qui dissimule les créatures en marbre de Carrare reste close.

Au temps des vidéos XXX et des revues de charme sado-maso, le petit temple du sculpteur, décédé en 1947, sent toujours le soufre. Le voisinage immédiat de la mosquée du Cinquantenaire y est sans doute pour quelque chose mais tout de même ! Il n'y a dans ce formidable bas-relief aucun indice de pénétration, pas un sexe dressé sur l'horizon du pavillon. Alors ?

Les «Passions» dégagent une exaltation mystérieuse. La caresse de la lumière zénithale sur les corps de pierre drapée enflamme les sens par une secrète alchimie de l'art. Jef Lambeaux considérait ce bas-relief comme son chef-d'oeuvre. Il souhaitait même être inhumé sous le pavillon. Pervers pépère jusque dans la tombe ?

Dans le «Bulletin des musées royaux royaux d'Art et d'Histoire», François de Callatay, chercheur au FNRS, rétablit la vérité : Le pavillon du Cinquantenaire n'est pas un tabernacle de tous les vices ni une version belge des estampes japonaises et, en fait de débauche, les «Passions» ne paraissent pas plus licencieuses que la moitié de la production de Rubens.

Ce sont les milieux catholiques, très puissants à l'époque, qui ont organisé le scandale autour de la perversité de Lambeaux, occultant le message profond de l'auteur et traitant Lambeaux de Michel-Ange du ruisseau. Ces chrétiens détracteurs auraient dû se souvenir que le premier titre des «Passions» était «Le Calvaire de l'humanité». La voici, la clé de l'oeuvre : les «Passions» marchent de l'enfance à la mort à travers les différentes phases initiatiques de la vie. Et ce n'est pas un hasard si le personnage central des « Passions»a le masque de la mort. Son corps ailé est roulé dans un linceul...

En dehors de la polémique sur la moralité de Jef Lambeaux, il faut aussi évoquer l'histoire du pavillon qui enferme le bas-relief. La première ébauche des «Passions» avait été achetée par le gouvernement belge en 1890 pour être présentée à l'Exposition universelle de 1897 au Cinquantenaire. Le jeune maître de l'Art nouveau, Victor Horta, devait bâtir un temple sur mesure pour abriter le projet.

L'édifice, encadré de colonnes épurées et surmonté d'une verrière, devait focaliser les rayons solaires sur la sculpture. Mais Jef Lambeaux n'était pas d'accord avec les vues de l'architecte. Il préférait les mystères de l'ombre aux feux du ciel pour créer une intimité propice à la libre expression de ses «Passions».

Finalement, le pavillon fut muré à l'avant, à la fois pour répondre aux désirs de l'artiste et surtout pour des questions de moralité publique. Il ne fut terminé qu'en 1906. Quant au parachèvement, il attend toujours le bon vouloir des travaux publics. La porte actuelle est une menuiserie provisoire et le fronton du temple est resté orphelin de la frise décorative qui devait y être taillée.

En 1995, la plupart des Bruxellois qui traversent le parc du Cinquantenaire ignorent tout de l'aventure des «Passions humaines». Seuls quelques gosses risquent de temps en temps un oeil par le trou de serrure et le retirent bien déçus. Un pilier pudibond situé dans l'axe de la porte veille encore aujourd'hui au respect orthodoxe de la morale catholique.

Toutefois, au nom de l'ouverture artistique et intellectuelle et à titre tout à fait exceptionnel, le bon peuple de Bruxelles sera autorisé à pénétrer dans l'antre de tous les vices pendant le week-end des Journées du patrimoine de la Région bruxelloise, le week-end des 16 et 17 septembre, de 10 heures à 17 heures. Une visite qui vaudra certainement aux pécheurs trois Pater et deux Ave.

DANIEL COUVREUR