Les Liégeois convoqués

MOREL,PIERRE

Page 8

Vendredi 6 février 2009

Liège 2015 Le collectif appelle à la « mobilisation générale »

Les convocations pour la consultation populaire du 22 février sont arrivées dans les boîtes aux lettres liégeoises.

Ce jeudi, les habitants de Liège ont reçu la convocation pour la consultation populaire du 22 février sur l’éventuelle candidature de Liège au titre de capitale culturelle européenne en 2015 (voir le mode d’emploi ci-dessous). L’occasion pour le collectif Liège 2015, dont le travail militant est à la base de tout ce processus, d’appeler à une large mobilisation des Liégeois.

« Si le nombre de votants est insuffisant, tout ce processus, issu d’un mouvement citoyen, s’arrêtera net, souligne Alain De Clerck. Et la prochaine opportunité pour une ville wallonne d’être capitale européenne de la culture, c’est en… 2042 ! C’est la première fois qu’une telle initiative de consultation émane d’un mouvement citoyen dans une grande ville belge. Il faut absolument que les Liégeois saisissent la balle au bond et fassent de cette consultation populaire une réussite. »

« Laboratoire démocratique »

Et si le collectif appelle, logiquement, à voter « oui », c’est surtout la participation au scrutin qu’il juge importante : « La consultation sera un véritable laboratoire démocratique, estime Gérard Fourré. Au-delà de la culture, le grand enjeu est celui de la démocratie participative. Elle était dans le programme électoral des partis en 2006, mais elle n’est pas mise en œuvre. Les Liégeois auront une grande responsabilité le 22. Que ce soit oui ou non, c’est à chacun d’en décider, mais il faut voter ! Or, je n’entends guère d’appel au vote. »

Le bourgmestre, Willy Demeyer, en tant que président de la fédération liégeoise du PS, s’en garde bien, en tout cas : « Par respect pour le mouvement citoyen, le nous ne donnons pas de directive de vote. Chacun est libre d’aller voter ou non, de voter oui ou non. »

En attendant, le collectif fait appel à toutes les bonnes volontés (et à toutes les bourses, car il est sans le sou) dans le cadre de la (courte) campagne qui s’annonce. Il propose d’aider les citoyens à mettre sur pied des débats dans leurs quartiers, met, dans les containers de l’espace Tivoli, à disposition des militants des affiches et folders, et propose sur son site (http://liege2015.eu) un dossier pédagogique pour inciter les professeurs à lancer en classe ce débat de la participation démocratique. « Les jeunes peuvent voter dès 16 ans, ainsi que les étrangers, insiste Gérard Fourré. Une rare opportunité pour ces citoyens, trop souvent écartés des décisions collectives, de se faire entendre ! »

Le collectif Liège 2015 à l’assaut des « idées reçues »

Pour étayer sa campagne pour le « oui », le comité Liège 2015 a développé un argumentaire de réponses aux « principales idées reçues » entendues sur le dossier (on trouvera l’argumentaire complet sur le site internet, onglet « communications »). Voici quelques morceaux choisis.

La ville de Mons a été désignée démocratiquement en 2004 par le gouvernement de la Communauté française comme candidate. Les jeux sont faits. « Non, répond le comité. Jusqu’en 2006, les pays désignaient eux-mêmes leur capitale. En 2006, l’Europe décide de changer les règles car, selon le rapport Palmer, “la ville désignée était trop souvent le fief de l’homme politique le plus important”. La nouvelle procédure mise en place favorise l’émulation entre les villes candidates, et remet la décision entre les mains d’un jury. Et la Communauté française le sait très bien, puisqu’elle a lancé le 16 septembre un appel à candidatures. »

Une capitale culturelle coûte très cher aux contribuables et Liège n’a pas d’argent. Il y a d’autres priorités. « Le budget de Mons 2015 est actuellement de 70 millions d’euros, dont 45 venus de la Communauté, de la Région, de l’Europe et du Fédéral. Sur cette base, Liège 2015 ne devrait pas coûter plus de 2 euros par an et par habitant à Liège d’ici 2015. Par ailleurs, les moyens investis n’entravent pas la gestion quotidienne et une opération réussie rapporte beaucoup : à Lille en 2004, chaque euro investi en a rapporté 6, il y a eu 27 % de nuitées en plus dans les hôtels de la région et 1.300 emplois directs créés. »

Une capitale culturelle, c’est un one-shot avec beaucoup de paillettes et peu de place pour les artistes. « Nous pensons au contraire que la recherche systématique de synergies entre les opérateurs culturels de toutes tailles et vocations est un processus qui laissera des traces durables, même si Liège ne devait finalement pas être désignée capitale culturelle. D’autant que, si certains acteurs culturels d’envergure modeste ont pu se sentir mis de côté dans d’autres capitales, à Liège la question de la candidature est vraiment venue de la base et des citoyens. »

Le projet n’est pas prêt. Il est trop tard pour se lancer. « Non ! L’échevin de la Culture Jean-Pierre Hupkens prépare activement le prédossier de candidature. Et Liège sera jugée au final sur son potentiel, ses structures, ses opérateurs culturels et socio-économiques et… sur la motivation de ses citoyens. Or, à Liège, c’est bien eux qui ont tout fait ! »

MODE D’EMPLOI.

Consultation. Organisée le dimanche 22 février, de 8 à 13 heures, dans 48 bureaux de vote. Il s’agira de répondre par oui ou non à l’unique question « Souhaitez-vous que la Ville de Liège pose sa candidature au titre de capitale européenne de la culture en 2015 ? »

Votants. Ont été convoqués tous les habitants inscrits sur les registres officiels de la Ville, ayant 16 ans ou plus le jour de la consultation populaire. On notera qu’il n’est pas nécessaire d’avoir la nationalité belge.

Modalités. Ainsi que signalé sur la convocation, le vote n’est pas obligatoire. Ceux qui souhaitent voter mais ne seront pas présents le 22 (on sera en vacances scolaires) peuvent le faire par procuration. Le formulaire ad hoc est disponible à l’administration communale, en antennes et sur le site internet de la Ville (www.liege.be).

Dépouillement. Il n’aura lieu que si 10 % des habitants de la ville (soit environ 19.000 personnes) se sont déplacés pour voter.

Candidature. Le cas échéant, Liège devra déposer son dossier le 1er mars prochain. Un jury composé par la Belgique (6 membres) et les institutions européennes (7 membres) choisira le meilleur dossier.