LES PASSIONS HUMAINES DE JEF LAMBEAUX BIENTOT VISIBLES

WALHAIN,JEAN-FRANCOIS

Page 33

Samedi 5 mai 1990

Les «Passions humaines» de Jef Lambeaux bientôt visibles?

Le long purgatoire du «Michel-Ange du ruisseau»

Michel-Ange du ruisseau. Cette expression, due à la plume d'Ernest Verlant, critique belge du siècle dernier, n'est qu'un exemple parmi d'autres du mépris général que témoigna son époque à l'égard de Jef Lambeaux. Mais le sulfureux sculpteur ne craignait pas les polémiques - il prenait même sans doute un malin plaisir à les alimenter...

Ce dont il a dû réellement souffrir, par contre, c'est de l'espèce de malédiction qui pesa sur ses oeuvres, particulièrement sur ses fameuses «Passions humaines». Ce haut-relief magistral, cloîtré dans un pavillon du parc du Cinquantenaire conçu par Horta, est soustrait au regard depuis un siècle.

Le maudit pavillon sera-t-il bientôt accessible au public? Pas demain la veille. Mais le débat est en tout cas relancé: une grande expo Lambeaux, qui vient de s'ouvrir à l'hôtel de ville de Saint-Gilles (jusqu'au 20 mai), et un court-métrage de Claude François sur les «Passions», qui sera diffusé dans toute la Belgique, remettent le grand Jef à l'honneur.

Mercredi dernier, les producteurs du film proposaient même une solution concrète qui permettrait l'accès du public au pavillon, tout en sauvegardant les promeneurs délicats d'une «agression» directe: le «truc» consisterait à encercler l'entrée intérieure de trois portes de verre, empêchant de pénétrer dans la pavillon même, mais permettant d'admirer le haut-relief à ceux-là seuls qui le désirent vraiment (l'éclairage ne fonctionnerait qu'après qu'on ait glissé une pièce de monnaie dans une minuterie).

Ingénieux, certes, mais il faudrait d'abord obtenir du ministère de l'Intérieur l'autorisation d'ouvrir le pavillon... Cette «solution» peut servir de base à la négociation, répond-on. Charles Picqué a promis de s'adresser très bientôt à Louis Tobback, afin que celui entame la discussion avec les autorités islamiques.

- Mais je ne peux pas négocier directement moi-même, précise M. Picqué, ajoutant qu'il faut éviter d'être vindicatif et respecter les sensibilités de chacun.

Par ailleurs, une «Association des amis de Lambeaux» va être bientôt créée, «pour défendre son oeuvre et celle des sculpteurs belges en général». Enfin, on nous promet que, pour un jour seulement, le 9 septembre prochain, le pavillon sera accessible au public. En attendant une hypothétique réouverture définitive...

JEAN-FRANCOIS WALHAIN