Les toons en culottes courtes ont la cote

COUVREUR,DANIEL

Jeudi 15 septembre 2011

Chaque année le Cartoon Forum européen attire les fous de dessins animés. Ils s’y réunissent pour créer des séries originales de dessins animés.

Imaginé par le Belge Marc Vandeweyer, le Cartoon Forum agglutine depuis 1990 tout ce l’Europe compte de bons génies de la lanterne magique, de producteurs fêlés, de diffuseurs fous et de broadcasters frappadingues pour créer des séries originales de dessins animés. Plus de 470 projets ont trouvé des pièces d’or au Cartoon Forum, où 1,6 milliard de vrais euros de contrats ont été signés. En 2011, les artistes de la 2 et de la 3D se sont donné rendez-vous en Pologne : 66 projets ont été sélectionnés, parmi lesquels cinq portent des couleurs belges. Sur une planète où les blockbusters de la télévision s’appellent encore Maya l’abeille, la fée Clochette, Gon le petit dinosaure ou le Petit Prince, les studios belges misent sur l’originalité des personnages et des scénarios pour faire un carton.

Avec sa caméra digitale, Luc Van Driessche de Creative Conspiracy a fait des trous dans les salons du château de Ooidonk, près de Gand, pour y installer la cour du royaume de souris de Ray & Ruby. Un horrible comte dont on ne voit que la canne et les pieds les pourchasse de sa voix d’ogre. Les images du château sont bien réelles et pour que les enfants soient persuadés que les souris le sont aussi, elles projettent comme les humains leurs propres ombres ! « On ne peut pas lutter contre les Indiens ou les Chinois sur le plan financier, alors on se bat sur la qualité des images », explique Luc Van Driessche aux investisseurs du Cartoon Forum. Il a déjà le soutien du VAF, le fonds flamand de l’audiovisuel, de la chaîne Ketnet et d’Universal Music mais il est venu chercher en Pologne 2,8 des 4,8 millions d’euros nécessaires pour boucler le projet de 26 épisodes.

Ben Tesseur de la boîte de production malinoise Beast Animation regarde dans la même direction : « Miser sur le talent, c’est une question de survie financière ! » Il a présenté au Forum le pilote attendrissant de Dimitri, un moineau européen égaré en Afrique, qui tente de vaincre sa peur de l’inconnu. Un réseau de chaînes de télé régionales bretonnes a fondu devant Dimitri et sponsorise sa présence au Cartoon Forum mais ce ne sera pas suffisant : « Le gouvernement fait ce qu’il peu en Belgique mais il se limite trop souvent à voir les retombées culturelles de l’animation sans comprendre ses enjeux économiques et les emplois qu’il peut apporter ».

Parmi les sociétés belges, les Liégeois de Frakas et les Bruxellois d’Angalio sont aussi venus défendre des projets. Frakas veut mettre en chantier The Fantastic Guest, une agence d’aide aux super-héros démoralisés, aux sirènes sans voix et aux princes charmants fatigués des cendrillons. Angalio défend Woodland, une série sur les merveilles de la nature coloriée avec des yeux d’enfants. Mais le projet le plus culotté est celui de Dupuis Audiovisuel et d’Aranéo avec leur Petit Poilu, un drôle de petit bout d’homme tout noir, tout mimi et tout poilu. Evadé de la série de bande dessinée de la

Bruxelloise Céline Fraipont et de Pierre Bailly, un artiste liégeois d’adoption, Petit Poilu malaxe les chichés sur la tolérance et le respect de l’autre dans un mix très personnel d’émotion et de gentillesse. Il n’y a pas de méchant dans cette série. Même la guêpe, quand elle pique, n’a pas d’intention de nuire. Elle est juste en manque d’amitié. L’autre originalité de Petit Poilu, c’est qu’il n’a pas besoin de parler pour tordre le cou aux idées reçues. Il lui suffit de croquer la vie pour la partager avec les autres. Benoît Féroumont, l’un des meilleurs réalisateurs de la jeune génération du dessin animé belge, est aux commandes de ce projet de 78 épisodes de 7 minutes. Dupuis Audiovisuel est venu au Forum pour réunir les 4,6 millions d’euros indispensables à la production. Avec l’appui du Centre national français du cinéma et de l’image animée, du Tax shelter belge, Dupuis Audiovisuel et Aranéo ont déjà réuni le premier des 4,6 millions d’euros indispensables à la production de la série. La RTBF et Wallimages devraient s’engager dans l’aventure dont une grande part sera créée dans les studios Dreamwall de Charleroi. Léon Perahia de Dupuis Audiovisuel et Sergio Honorez d’Aranéo sont au Forum pour convaincre « des chaînes privées et publiques scandinaves ou allemandes » d’en être. « Nous tenons à ce que le projet soit à 100 % européen », précise Léon Perahia.

Le pilote de Petit Poilu est à découvrir sur http://v meo.com/29087169