Les touristes se jettent à l'eau

BELGA

Page 8

Mardi 1er août 2006

Tourisme Premières tendances au sortir du mois de juillet

Les touristes qui se sont invités dans la capitale durant le mois de juillet se sont montrés particulièrement attirés par les activités autour de l'eau. C'est le constat que l'on peut tirer des premières informations glanées auprès du BITC (Brussels International Tourism and Congres). Les chiffres définitifs de fréquentation, notamment en termes d'hébergement, ne seront connus que d'ici une quinzaine de jours.

Dans ce domaine, on relèvera à titre indicatif et de manière très parcellaire, la hausse de 15 %, par rapport à juillet 2005, enregistrée par l'hôtel Plaza, un établissement 5 étoiles du centre-ville. Les cinq auberges de jeunesse de la capitale ont quant à elle affiché complet.

Au niveau des activités, celles qui avaient un rapport plus ou moins proche avec l'eau ont connu un franc succès. L'Océade a connu, de l'aveu de son administrateur délégué Thierry Meeùs, un record depuis plus de 10 ans. Par rapport à 2005, l'augmentation est selon lui d'environ 20 %. La plage de Bruxelles-les-Bains a quant à elle attiré 100.000 personnes en deux week-ends et une semaine.

A la Foire du Midi, les forains ont plutôt fait grise mine en journée, mais ne se plaignent guère de la fréquentation après 21 heures. Ici également, les activités mariant le plaisir et l'eau ont eu le vent en poupe.

Stabilité au musée

Au niveau des musées, la tendance est plutôt à la stabilité, notamment en ce qui concerne le Musée de la bande dessinée, qui avait connu une forte poussée à l'occasion de la rétrospective Gotlieb, durant les week-ends de la fin du mois de juin (1.500 visiteurs par jour).

Au « Bozar », on semble observer un recul par rapport à 2005, mais on l'explique par le fait de le lieu fut très actif à l'occasion de l'événement 175/25 organisé l'an dernier.

Mini-Europe a connu une hausse de 15 %, mais de l'aveu de ses responsables, celle-ci est cependant davantage liée à la réouverture de l'Atomium qu'à un autre phénomène.

Autre indicateur de tendance : le bureau du BITC situé Grand-Place et qui ne semble pas avoir désempli. Hormis les frontaliers, le bureau d'accueil a informé de nombreux Canadiens, Espagnols, Sud-Américains ainsi que des ressortissants des pays de l'Est.