Un réel atrocement plat

BODEUX,PHILIPPE

Page 12

Mardi 16 septembre 2008

Liège « La chambre de Damien » ouvre le cycle Documents au Parc

C’est l’histoire vraie d’un ado qui, à 15 ans, tue un SDF pour des futilités. Le documentaire s’installe au cinéma.

La vitalité du cinéma documentaire incite « Les Grignoux » à explorer davantage cette veine. À partir du 18 septembre, le cinéma proposera, une fois par mois, un documentaire – parfois en avant-première – issu d’une maison de production belge ou étrangère. Un cycle intitulé « Documents » organisé en partenariat avec les maisons de production liégeoises « Dérives » et « Iota Productions » ainsi que le master en cinéma de l’ULg.

Ce nouveau cycle commence avec un film fort. Tourné en Slovénie « La chambre de Damien » suit la sortie de prison d’un adolescent qui, 4 ans plus tôt, a tué un SDF parce qu’il lui avait piqué une cigarette. « À l’époque, se souvient la réalisatrice Jasna Krajinovic, j’avais lu ce fait divers et j’avais trouvé ça horrible. Jamais, je n’aurais imaginé rencontrer le jeune meurtrier ». C’est pourtant ce qui se produit, lorsqu’un jour, Jasna organise un atelier cinéma dans une prison pour adolescents slovènes. « Un des jeunes était très doué dans le maniement de la caméra. Quelle ne fut pas ma stupeur lorsque j’ai appris qu’il était cet ado qui, le jour de ses 16 ans, avait tabassé à mort un SDF pour des raisons futiles. Mais le plus surprenant, c’est qu’il m’a tout déballé sans états d’âmes. Comme si ce n’était pas un truc particulier ».

À partir de cette rencontre, Jasna creuse la personnalité de Damien, son passé, les relations avec son père toxicomane – décédé entre le meurtre et la condamnation de Damien – et sa mère qui l’a rejeté lorsqu’il avait deux ans. Des derniers mois en prison à la libération, on suit ce jeune homme habile de ses mains – il apprend la coiffure – mais tellement peu conscient de la valeur humaine. Comme anesthésié par la douleur d’une enfance marquée par l’état de manque. « Sa vie est là, plate. Il lui est impossible de se poser la question “Qui suis-je ?” Il reflète cette génération d’ados qui vit dans un monde virtuel. Il leur suffit d’un simple clic pour tuer quelqu’un et après ils passent à autre chose ».

La force du documentaire tient dans son caractère « vrai » mais vient surtout du trouble provoqué par la facilité de Damien à livrer, sans s’en rendre compte, sa douleur. « Un manque profond de communication et d’amour », résume Jasna Krajinovic. Une image résume à elle seule le vertige douloureux qui l’habite : un zoom sur le trou de la douche. Du blanc émaillé au noir sidéral… Une image prise intuitivement par Damien dans sa cellule. Sorti de prison, il retrouve sa mère, incapable de le prendre dans ses bras. La chambre retrouvée se révèle alors aussi obscure que la cellule de la prison. Le poids du passé a vite raison des espoirs de liberté.

Pareil documentaire aide à comprendre, de l’intérieur, le silence d’adolescents meurtriers. Leur absence de prise avec le réel, notre réel. « C’est le but du cycle Documents, explique Catherine Lemaire des Grignoux. Capter le réel quel qu’il soit ».

Programme

Cycle « Documents ». Initié par les Grignoux, Iota Production et Dérives, ce nouveau cycle verra la projection, en alternance, de documentaires belges et étrangers qui, outre un passage à la télévision, n’ont pas toujours une large diffusion. La projection se déroule à 20h au Parc et est suivie d’une rencontre avec le réalisateur

Programmation. Le cycle commence par la projection de « La chambre de Damien » ce 18 septembre. Suivra, le 27 octobre, la projection en avant-première d’un documentaire sur la photographe américaine Annie Leibovitz. Ensuite, le 25 novembre, « Welcome to paradise », portrait de deux Somaliens dans un camp de réfugiés puis naturalisés aux Etats-Unis. Et enfin, le 16 décembre, « Le monologue de la muette », documentaire sur le statut de « bonne » en Afrique. Infos : www.grignoux.be