Ligue professionnelle Un incitant financier pour satisfaire aux contrats des télévisions 10.000 euros pour jouer le dimanche après-midi

PAIROUX,ETIENNE

Page 20

Mercredi 11 septembre 2002

Ligue professionnelle Un incitant financier pour satisfaire aux contrats des télévisions

10.000 euros pour jouer le dimanche après-midi

ETIENNE PAIROUX

Si la négociation du contrat entre la Ligue professionnelle et les chaînes de télévision a fait couler beaucoup d'encre, sa conclusion a été assortie de certaines conditions. Ainsi, si la volonté de Canal + est de se tourner vers des matchs se disputant le vendredi soir, voire le dimanche soir, celle de la RTBF et de VTM est de valoriser leurs émissions du dimanche en fin d'après-midi : le « Week-end sportif » et « Stadion ».

Si, auparavant, le contrat avec les télévisions prévoyait une moyenne de deux rencontres par dimanche après-midi, le nouveau, lui, prévoit au moins deux matchs à ce moment-là, explique Jean-Marie Philips, le président de la Ligue pro. Un président bien conscient qu'en ce début de compétition, les modalités du contrat ne sont pas respectées : aucun match n'a eu lieu le dimanche après-midi lors des première et quatrième journées et un seul les autres journées.

Comme nous devons encore trouver 18 matchs pour satisfaire aux exigences du contrat, nous avons demandé aux clubs qu'ils étudient la possibilité de jouer une troisième ou quatrième fois le dimanche après-midi. Beveren, Lokeren ou le Standard, par exemple, ont déjà manifesté leur intérêt. Mais c'est évidemment plus délicat pour les clubs européens. Certains sont notamment susceptibles de jouer le mardi sur la scène continentale. L'an dernier, Alost et Bruges jouant le dimanche après-midi, le problème n'était pas de mise et on atteignait cette moyenne de deux matchs par dimanche.

Dans l'hypothèse où la Ligue ne parviendrait pas à organiser deux rencontres le dimanche après-midi, elle serait contrainte de verser une indemnité de 10.000 euros par match manquant. Plutôt que de payer 10.000 euros aux télévisions, poursuit Philips, nous avons pensé les donner aux clubs qui feraient l'effort de jouer le dimanche après-midi.

Un incitant bien reçu notamment du côté de Beveren, Lokeren et du Standard. Nous avions déjà prévu de jouer contre Gand, Charleroi et Mons le dimanche après-midi, explique-t-on à Sclessin par la voix de Joseph Simul, l'attaché de presse du club liégeois. Pour aider la Ligue pro, nous avons ajouté Lokeren et Beveren. Mais on ne peut pas dire si le manque à gagner sera compensé par la prime de la Ligue puisque tout dépend de l'engouement que suscitera l'adversaire lors de la période concernée.

A Anderlecht, on précise que le club a remis une liste de quatre matchs « jouables » le dimanche après-midi (Beveren, Lommel, Westerlo et le GBA).·