Loulou Gasté

n.c.

Page 9

Lundi 9 janvier 1995

Loulou Gasté

est mort

Le compositeur Loulou Gasté a suivi de quelques jours son confrère Francis Lopez dans la tombe. Loulou, époux de Line Renaud depuis 44 ans, était âgé de 88 ans et est décédé d'un cancer généralisé.

Gasté avait débuté dans les années 30 comme guitariste dans l'orchestre de Ray Ventura. Il a écrit des dizaines de succès («Battling Joe» pour Montand, «Le Petit Chien dans la vitrine» pour Line Renaud) dont le plus fameux est «Ma cabane au Canada». Il avait notamment signé, en 1956, «Pour toi», plagié, en 1975, par le Brésilien Morris Albert qui en avait fait un tube international, «Feelings». Gasté avait obtenu 500.000 dollars de dommages et intérêts de la justice américaine.

«Pulp Fiction»

aux USA...

Le film «Pulp Fiction», de Quentin Tarantino, a reçu le prix du meilleur film 1994 attribué par la «National Society of Film Critics» qui rassemble 42 journalistes de la presse à travers les États-Unis.

La cinéaste, dont le film a déjà reçu la palme d'or cannoise et le prix de la Critique de Los Angeles, a également été couronné meilleur réalisateur.

De son côté, Paul Newman a reçu le prix du meilleur acteur pour son interprétation dans «Nobody's Fool» (il y est un vieil homme qui sort de sa solitude grâce à la vitalité d'une femme très âgée jouée par feu Jessica Tandy). Jennifer Jason Leigh a été élue meilleure actrice pour «Mrs. Parker and the Vicious Circle». Dans la catégorie des seconds rôles, Martin Landau a reçu le prix pour «Ed Wood», de Tim Burton, dans lequel il campe Bela Lugosi en Dracula. Dianne Weist est la lauréate pour son rôle dans «Bullets over Broadway», de Woody Allen. Par ailleurs, Kieslowski a reçu la palme du meilleur film étranger pour «Rouge».

... «Exotica»

à l'UCC

L'Union belge de la critique du cinéma (UCC) a attribué son grand prix à «Exotica», d'Atom Egoyan, devant «Pulp Fiction»... Les autres films en lice étaient «What's Eating Gilbert Grape» et «Ruby in Paradise».

«Exotica», qui est toujours à l'affiche des salles de Belgique (à Bruxelles, il tient une très belle dixième place au box office des films), manipule les fantasmes sexuels de ses personnages (une strip-teaseuse en habits d'écolière, un comptable, un trafiquant d'animaux) pour peindre la dérive des âmes.

D'origine arménienne et auteur sensible sans vulgarité, Atom Egoyan, qui vit à Toronto (Canada), en est à son cinquième long métrage et fut révélé, chez nous, grâce à la Cinémathèque de Belgique qui lança son film «The Adjuster» à «Cinédécouvertes».

«Exotica», qui a déjà obtenu le grand prix de la critique internationale à Cannes 94, est bien dans la manière d'Egoyan qui explore les élans passionnés ou pervertis des hommes et entre par effraction (mais sans violence) dans les émotions humaines. Mes personnages, déclare le cinéaste, sont généralement en situation de «deuil coupable». Ils exorcisent leur perte d'innocence.

Elvis aurait eu

60 ans

Dix-huit ans que le King a disparu. Elvis Presley, s'il avait vécu, aurait eu 60 ans dimanche. À l'occasion de cet anniversaire, une pièce de théâtre, «Him» («Lui»), est sortie, dans un théâtre new-yorkais, écrite et jouée par l'acteur Christopher Walken («Voyage au bout de l'enfer»). Ce spectacle musical raconte qu'Elvis est vivant et que son décès, en 1977, était une mascarade qu'il mit lui-même en scène. L'Elvis de théâtre est un transsexuel et travaille comme serveur! La pièce de Walken rejoint un fait bien réel même s'il est tout à fait farfelu: selon les bookmakers américains et anglais, les chances qu'Elvis soit toujours vivant et caché sont d'une contre 500. Des fans du King, dans le monde entier, continuent à prendre des paris en prétendant que le chanteur est encore parmi nous et qu'il est «réincarné» quelque part dans le monde.