Lucas, mini-héros chez les fourmis

DE MUELENAERE,MICHEL

Page 45

Jeudi 5 octobre 2006

Jeu vidéo Gare au sorcier Zoc

Lucas n'aimait pas les fourmis. Et ce sale gamin avait pris la déplorable habitude de martyriser ces industrieuses créatures. Mal lui en prit : la fourmilière du coin abritait un sorcier, Zoc. Celui-ci, réduisant Lucas à la taille mini, le condamna à s'amender au sein de la vaste communauté pour finalement recouvrer la liberté après avoir été célébré en héros salvateur. Le scénario de Lucas, fourmi malgré lui, sert, trait pour trait, de trame à sa déclinaison en jeu vidéo.

Une adaptation dont on retiendra surtout le plaisir de parcourir le monde du très petit. Galoper dans les tunnels d'une fourmilière, tapissés de champignons, faire irruption dans le couvain, croiser des fourmis en pleine récolte de nourriture. Et, à l'extérieur, se sentir tout petit devant une boîte de conserve ou un brin d'herbe. Les développeurs ont fait un effort manifeste pour soigner l'ambiance, la lumière, ces petites surprises qui enchantent.

Avec quelques défauts notables - la répétitivité des scènes, des bugs incongrus et un doublage enfantin -, le jeu ne fera cependant pas crier au génie.

Lucas Nickle doit faire la connaissance des fourmis et s'adjoindre leur aide pour franchir les obstacles et vaincre les ennemis. Classiquement, la réussite de chaque niveau - il y en a 18 - permet de débloquer le suivant. Progressivement, Lucas entre en possession de nouvelles armes, des armures, et acquiert de nouvelles compétences qui lui serviront à affronter les bestioles (cafards, perce-oreilles, termites, guêpes et... humains) qui veulent du mal à ses nouvelles amies. Les duels se passent au sol, mais aussi dans les airs. Le joueur passe aussi par des épreuves de course et des recherches d'objets. Sympa, mais un peu court.

Lucas, fourmi malgré lui, Midway,

tous supports.