Maigre butin au château de Rixensart

CHALKLIN,MICHAEL

Page 17

Mardi 18 mai 1999

Maigre butin au château de Rixensart

Les trois inconnus qui ont séquestré durant plusieurs heures la princesse de Merode et ses deux fils, vendredi soir, au château de Rixensart, sont repartis avec de la roupie de sansonnet eu égard aux violences exercées («Le Soir» de lundi). Sans doute par dépit, ils ont commis des déprédations sur nombre d'oeuvres d'art. Des tableaux dont certains du XVIIIe siècle ont été lacérés, des bibelots cassés, etc.

Il était environ 21 heures, vendredi, quand trois individus cagoulés, vêtus de noir et armés ont pénétré par effraction dans le château de Rixensart. Ils y surprirent la princesse Henri de Merode et l'un de ses fils, l'aîné Geoffroy, qui furent ligotés et menacés. Les agresseurs exigeaient des indications sur des valeurs présumées.

Vers 23 heures arriva Antoine de Merode, le second fils de la princesse. Lui aussi surpris et menacé, il tenta de s'échapper. L'un des agresseurs tira même un coup de feu dans sa direction pour l'intimider, sans le toucher. Tailladé et frappé au visage, victime de coups de poing et de pied sur l'ensemble du corps, Antoine de Merode dut être hospitalisé à la clinique d'Ottignies.

C'est aux alentours de 2 heures, dans la nuit de vendredi à samedi, que l'une des victimes, ligotées et séquestrées dans différentes pièces, réussit à se libérer et à prévenir les secours.

Le butin se limite à des documents d'identité, des cartes bancaires (avec les numéros de code, communiqués sous la menace), un peu d'argent, quelques bijoux, une montre, des documents de voiture. L'enquête est menée par la police de Rixensart aidée par la PJ.

Mi. Ch.