Mathijssen en réussite à Charleroi

VOLPE,ANGELO

Page 22

Lundi 24 septembre 2007

En tant qu’adversaire, l’entraîneur limbourgeois n’a jamais perdu au Mambourg. Mais hier...

Remplacements :

Charleroi. 68e : Habibou pour Orlando, 79e : Miceli pour Christ, 84e : Van Aerschot pour Akpala.

FC Bruges. 57e : Djokic et Salou pour Sonck et Leko, 71e : Vermant pour Blondel.

Arbitre : Wouters.

Assistance : 13.270 spectateurs.

Buts : 52e : Akpala (1-0), 83e : Sterchele sur pen. (1-1).

Cartes jaunes : Akpala, Leko, Djokic, Salou.

Carte rouge : Sbai (80e).

Le Stade du Pays de Charleroi, Jacky Mathijssen en connaît les moindres recoins. On n’ira pas jusqu’à écrire qu’il en est l’architecte, mais c’est tout comme. Entraîneur au Mambourg trois années durant (du 28 avril 2004 au 27 avril 2007), le Limbourgeois s’est assis à 50 reprises, en championnat, sur le banc situé à la gauche du tunnel permettant aux joueurs d’accéder à la pelouse. Il a parfois, trop souvent à son goût, dû donner ses consignes de la tribune principale où quelques arbitres excédés par ses gesticulations l’y avaient expédié. Il s’est également bien amusé au beau milieu des plus turbulents des supporters, lors de l’ultime rencontre officielle de la saison 2004-2005, en laissant ses joueurs remporter un énième succès permettant au club d’établir le record absolu de points (64) pris lors d’une compétition à 18 clubs.

Le retour de Jacky Mathijssen à Charleroi n’avait donc rien d’anecdotique pour tous les Carolos qui se frottent toujours les yeux ce matin. L’homme qui lors de son époque zébrée se plaignait pratiquement chaque semaine parce que les directeurs de jeu ne se montraient guère conciliants avec ses joueurs a bel et bien bénéficié d’un coup de pouce pour quitter le Mambourg invaincu, sous les vivats d’une centaine de supporters du Sporting qui ont attendu plus d’une heure pour le saluer.

Hier, pourtant, il s’en est fallu de fort peu pour que la belle série s’achève. Après une première période terne où les deux adversaires se sont surtout épiés, les Carolos ont résolument pris le pouvoir. Et de quelle façon puisque l’action initiée par Camus et prolongée par Orlando (d’une talonnade) a été conclue d’une frappe aussi puissante que précise du nouveau buteur du Sporting : Akpala. A peine trois minutes plus tard, les Zèbres auraient pu (dû ?) doubler le score puisque Defays traversait tout le terrain avant de décocher un tir repoussé par Stijnen. Au moment de pousser la balle au fond du goal, le capitaine était précédé par Orlando que l’arbitre signalait en position hors-jeu. Une erreur car Klukowski, l’arrière gauche de Bruges, couvrait tout ce beau monde.

Le 2-0, Charleroi eut encore quelques opportunités de l’inscrire au marquoir mais ni Camus (frappe au ras de la transversale) ni Akpala (reprise de la tête sauvée sur la ligne par Djokic) ne parvenaient à contraindre Mathijssen et les siens à abdiquer.

Alors que le forcing du Club, lors du dernier quart d’heure, semblait n’être qu’un baroud d’honneur, Defays repoussait vaille que vaille mais sur sa transversale un ballon que Geraerts, au rebond, catapultait vers la cage. Sbai avait un réflexe, des deux mains, salvateur et protecteur pour les uns, punissable d’un penalty pour les autres.

Des onze mètres, Sterchele témoignait d’un sang-froid remarquable pour inscrire son 3e but face à ses anciennes couleurs (il en avait mis 2 l’an passé avec le Germinal) mais surtout pour arracher le point du partage pour un Club qui n’a plus perdu au Mambourg depuis le 5 octobre 1996. Mathijssen, lui, poursuit sa série entamée avec Saint-Trond…

Charleroi

1

Entraîneur :

FC Bruges

1

Entraîneur :

Bayat offre la prime de victoire aux Zèbres

Abbas et Mogi Bayat étaient remontés comme des horloges suisses à l’issue d’un duel que Charleroi méritait, au vu de ce qu’il a démontré sur le terrain, de gagner. « On nous refuse un but valable, on nous prive de deux penaltys et on ne se gêne pas pour en accorder un sans hésitation à l’adversaire. Je n’invente rien puisque je viens de revoir tout cela à la télévision et ma première impression sur toutes ces phases était la bonne. Nous allons finir par devoir demander la récusation de presque tous les arbitres », pestait Mogi Bayat.

Son oncle abondait dans le même sens non sans avoir pris la peine de d’abord parler à ses joueurs. « Je viens de leur annoncer que j’octroie la prime de victoire car pour moi Charleroi a gagné ce match. Certes, nous n’aurons jamais deux points de plus au classement mais le Sporting a montré à notre adversaire du soir comment on joue au football. Si c’est ça la touche Mathijssen à Bruges, alors je préfère garder tout mon noyau qui vaut bien plus que le sien. Sterchele compris. »

Ce n’est en tout cas pas dimanche soir que Jacky Mathijssen est remonté dans l’estime d’un président qui l’avait licencié en avril dernier. « C’est déjà la troisième fois après seulement sept journées de compétition qu’il est sauvé par un penalty dans les dernières minutes. En Belgique, les dieux n’ont d’yeux que pour Anderlecht et le FC Bruges. Même le Standard a des raisons de se plaindre de la manière dont il est traité par les arbitres. En ce qui concerne Charleroi, ça ne peut plus durer. Nous allons devoir étudier des solutions car je n’ai pas envie de me laisser faire de la sorte. Je vais à tout le moins entamer une discussion avec les autorités compétentes. »

Les deux entraîneurs ? Ils ont passé l’avant et l’après-match à poser pour les photographes. « J’ai vu un magnifique but d’Akpala et mon équipe a marqué au moment où elle jouait le plus mal au foot » a commenté Mathijssen qui s’est dit fort ému par l’accueil reçu au Mambourg. « Cela me fait ch… », rageait Vande Walle. « J’aurais dû, moi aussi, parler avec le 4e arbitre à la mi-temps. Comme l’a fait Jacky. » Ah bon ?

échos

échos

Charleroi

Ciman. Suspendu contre le FC Bruges, le défenseur central effectuera son retour à Anderlecht.

Mommens. De retour chez les Zèbres après moins de trois mois passés au parc Astrid, le responsable du scouting a entamé sa nouvelle mission par un rapport à réaliser sur le match… Genk-Anderlecht.

Première. Salaheddine Sbai a honoré dimanche sa première titularisation sous le maillot du Sporting, un club où il évolue depuis l’été 2002. Même si le Franco-Marocain (22 ans) a été successivement prêté à Renaix et à Tubize, il a toujours été tenu en haute estime par la direction carolo.

Papin. L’entraîneur de Lens et ex-buteur brugeois a assisté à une rencontre où il aura certainement apprécié les prestations de Akpala, Camus et Oulmers.

Espoirs. L’équipe dirigée par Dante Brogno réalise un excellent début de championnat puisque sa victoire, samedi, au FC Bruges (0-2, buts de Dache et Chiarelli) lui permet de s’emparer de la 2e place du classement, juste derrière le Standard. (A. Vo.)

Bruges

Blondel. « Nous étions trop fatigués après notre voyage en Norvège pour réussir à bousculer cette équipe de Charleroi. Dans les prochaines semaines, contre Mouscron, le Brussels, Dendre et Brann Bergen, nous devons impérativement remporter quatre victoires afin de répondre à l’attente de nos supporters. »

Devroe. « J’aurais aimé que le Club se maintienne au niveau qui était le sien jeudi passé à Brann Bergen. Mais j’admets aussi qu’à Charleroi, l’équipe n’a pas bénéficié d’autant d’espaces. » (A. Vo.)

Fabien Camus Le médian français aime les « gros » matchs. Face à Anderlecht, le Standard, Genk ou le

Fabien Camus

Le médian français aime les « gros » matchs. Face à Anderlecht, le Standard, Genk ou le FC Bruges, il se transcende littéralement.

Wesley Sonck L’ex-attaquant des Diables rouges a passé plus de temps à râler sur ses partenaires qu’à

Wesley Sonck

L’ex-attaquant des Diables rouges a passé plus de temps à râler sur ses partenaires qu’à essayer de porter le danger devant Laquait.