Maurice Minne, 40 ans de politique sans compromis

FIFI,VINCENT

Page 18

Mercredi 10 août 2011

Politique Décès de l’ancien bourgmestre de Tubize

Ancien bourgmestre de Tubize durant deux législatures, de 1982 à 1994, Maurice Minne est décédé ce week-end. Ses funérailles auront lieu ce mercredi. Il avait également été député fédéral, et restait conseiller communal siégeant sous l’étiquette SPT, bien que le combat contre la maladie qui a fini par l’emporter l’empêchait depuis plusieurs mois d’assister aux conseils communaux. Il continuait cependant à se tenir au courant de l’évolution des dossiers, et discutait avec ses colistiers de l’attitude à adopter en conseil.

« C’était un homme de dossiers, qui faisait des analyses extrêmement efficaces », souligne Fabian Defraine, conseiller communal et ex-président du SPT.

Maurice Minne, c’était aussi des joutes verbales extrêmement musclées à chaque conseil, en particulier avec son « meilleur ennemi » depuis quarante ans, le bourgmestre Raymond Langendries. En 2000, alors que le PS préparait une alliance avec le CDH, Maurice Minne avait d’ailleurs refusé de participer à cet accord qui avait pour effet de laisser Raymond Langendries sur le siège maïoral. Refusant la présidence du CPAS qui lui était promise, il a claqué la porte du PS et fondé le SPT, pour Socialisme et Participation Tubizienne.

Le SPT s’est retrouvé dans l’opposition pour six ans. En 2006, le parti de Maurice Minne avait encore proposé une liste propre, au milieu d’un éclatement général de la gauche tubizienne avec quatre listes à tendance socialiste. Deux se sont alliées au bourgmestre Langendries après les élections, et deux sont restées dans l’opposition. Le SPT était de celle-là, à côté de la liste « Tubize » de Carl Delcourte et Bruno Soudan.

« Maurice Minne était un homme de conviction, fils d’ouvrier profondément ancré à gauche. La “realpolitik”, ce n’était pas son truc : ce n’était pas un homme de compromis, précise Fabian Defraine. Il avait une manière particulière de voir la politique, c’était une personnalité tranchée. Mais c’est aussi ce qui faisait son charisme, et qui lui a permis de tenir une dissidence. »

Sachant parfaitement que renverser l’actuelle majorité sans conclure d’alliance est impossible, Maurice Minne était cependant favorable à un rapprochement avec la liste Tubize pour les élections de 2012. Des accords ont déjà été signés dans ce sens, avec l’espoir de reconstituer une gauche forte. L’idée n’est cependant pas que le SPT se fonde à nouveau dans la section locale PS : la volonté de Maurice Minne, soutenu par ses colistiers, était de présenter en 2012 une liste PS-SPT, le SPT gardant sa structure propre.