Médiathèque : le réseau moins laminé que prévu

JENNOTTE,ALAIN

Page 34

Jeudi 23 avril 2009

Institutions Des discobus aussi le dimanche

Six des sept centres menacés auraient trouvé un repreneur. Mais le prêt continue à chuter dangereusement.

C’est toujours le temps des vaches maigres, pour la Médiathèque de la Communauté française, qui subit de plein fouet la baisse du prêt des médias. Ils ont diminué de plus de 50 % depuis 2000.

Pourtant, si les perspectives de l’institution culturelle restent très sombres, ces dernières semaines ont apporté leur lot d’éclaircies. Sept de ses treize centres de prêt devaient impérativement trouver un repreneur avant le 30 juin prochain, pour éviter de mettre la clé sous le paillasson. Il y a quelques semaines encore, seuls deux centres avaient signé un contrat de reprise avec des communes et des centres culturels, assorti d’une aide de la Communauté française durant cinq ans et du support logistique de la Médiathèque. Or, aujourd’hui, six centres sur sept semblent tirés d’affaire. Mieux : deux nouveaux centres de prêt pourraient être ouverts par des communes, à Schaerbeek et à Comines. Passage en revue.

Braine-l’Alleud. Un accord entre le centre culturel et la médiathèque locale serait sur le point d’aboutir. Il permettrait la sauvegarde de l’outil et de deux emplois sur les trois que comptait la section.

La Louvière. C’est Indigo, une ASBL active dans l’animation des publics jeunes sur des thèmes culturels qui se propose de reprendre la section louviéroise.

Mons. La reprise de la section locale par Manège.Mons est effective depuis janvier dernier, avec quatre de ses cinq employés.

Seraing. L’un des points noirs de la restructuration du réseau : au terme de discussions avec la bibliothèque et le centre culturel, la ville a opposé un « non » ferme aux projets de reprises. Sauf improbable miracle, cette section historique fermera ses portes au 30 juin, laissant deux médiathécaires sur le carreau.

Uccle. Le centre sera repris par la bibliothèque locale mais deux emplois sur les quatre actuels devraient passer à la trappe. Le transfert pourrait se faire dès le début du mois de juin.

Verviers. Première médiathèque ayant trouvé un repreneur, la section locale de Verviers a été intégrée au Centre culturel régional, avec un emploi perdu sur cinq.

Woluwe-Saint-Pierre. Un accord de principe a été dégagé par la commune pour créer une ASBL qui reprendra les quatre membres du personnel. Elle sera indépendante de la bibliothèque et continuera à occuper ses nouveaux locaux où elle est installée depuis trois ans. Le collège échevinal devrait se prononcer, la semaine prochaine, sur les derniers détails du dossier. En cas d’accord, l’ouverture est prévue pour octobre prochain.

Discobus. Le sort des quatre discobus de la Médiathèque est un autre sujet d’inquiétude : « Nous n’avons pu parvenir à un accord avec les provinces à qui nous proposions de reprendre chacune un discobus », regrette Claude Janssens, qui évoque les coûts de fonctionnement très élevés de ces discobus. La Médiathèque compte en supprimer un et réorganiser les tournées en fonction des trois bus restants. Une négociation est en cours avec les syndicats pour organiser un service le dimanche. « Si les trois discobus poursuivent leurs tournées les dimanches, nous pourrions conserver 76 stations sur les 84 qui sont desservies actuellement », ajoute Claude Janssens.

Schaerbeek et Comines. Si certains centres de prêt ont senti passer le vent du boulet, plusieurs communes, paradoxalement, estiment nécessaire de s’investir dans un outil de prêt de médias.

On sait que depuis quelques mois, Schaerbeek veut officiellement « sa » médiathèque. C’est probablement les collections de médias de Seraing qui lui permettront de concrétiser ses ambitions. Comines a également un projet qui serait assez avancé. Reste à trouver un fonds de médias pour démarrer. « Nous envisageons de céder à Comines les collections du discobus qui cessera ses activités », indique le directeur de la Médiathèque, alors que la date butoir du 30 juin n’est plus qu’à quelques encablures.