Mettet - Le château des Rops est désormais sauvé, mais il reste de l'ouvrage Le but est en vue à Thozée Pour Rops, Thozée c'était d'abord la ferme

PETIT,JEAN-PHILIPPE

Page 20

Jeudi 5 juin 2003

Mettet - Le château des Rops est désormais sauvé, mais il reste de l'ouvrage

Le but est en vue à Thozée

* Le manoir préféré de Félicien Rops retrouve sa splendeur. La Fondation qui porte son nom voudrait s'attaquer aux dépendances. Un appel est lancé.

JEAN-PHILIPPE PETIT

Une toiture d'ardoises d'un beau gris profond, des murs immaculés, des châssis neufs... Le château de Thozée reprend peu à peu l'aspect de demeure confortable que lui a, peut-être, connu le plus célèbre des peintres et graveurs namurois il y a plus d'un siècle. Au gré des subsides publics et des dons de mécènes, la Fondation Félicien Rops avance vers ce but qui semblait inaccessible au début de l'aventure : rendre un avenir à la gentilhommière où Fely venait se reposer de sa vie de bohème et s'adonnait aux joies de l'horticulture.

Au début de la Fondation, en 1994, beaucoup de gens nous conseillaient de renoncer, se rappelle son principal animateur, Thierry Zéno. Le projet s'annonçait comme un gouffre à millions, il devait être beaucoup trop grand pour notre petite ASBL. Mais finalement, la petite association est parvenue à produire des montagnes d'énergie et le premier résultat tangible est là : le château de Thozée est sauvé. En tout cas, le corps principal du château qui ne devrait plus souffrir des assauts de l'humidité qui ont failli emporter un pan entier de son aile nord. Pour atteindre ce premier résultat, la Fondation Rops a, donc, su s'entourer.

Après avoir obtenu le classement du château comme monument, ce qui lui a ouvert le droit à des subsides régionaux, elle est parvenue à intéresser, au cas de Thozée, l'institut du patrimoine wallon. En plus d'une aide logistique, celui-ci a apporté sa part de moyens financiers. Si l'on ajoute à cela les mécènes privés recrutés grâce à la Fondation Prométhéa et les interventions de la province et de la commune de Mettet, on comprend mieux comment les choses se sont plutôt bien enchaînées jusqu'ici.

Dans quelques mois, si tout va bien, la deuxième phase des travaux de rénovation sera achevée avec l'installation d'un chauffage central. Au total, quelque 660.000 euros auront déjà été réunis, à ce moment, par la Fondation Rops.

La phase 3, soit le début des travaux intérieurs, pourra démarrer en 2004. Un premier atelier résidence pour artistes devrait déjà être installé. Deux autres pourraient suivre en 2005. Cette année-là, l'aménagement du rez-de-chaussée du château en lieu de mémoire - le projet est d'y recréer un décor du XIXe - devrait démarrer également.

L'idée des ateliers résidences est venue des conversations qu'on a entretenues avec Elisabeth, la petite-fille de Félicien Rops, à la fin de sa vie, explique Thierry Zéno. Elle ne voulait pas qu'on fasse du château un « Musée Rops bis ». Elle voulait au contraire qu'on en refasse un lieu de création. Le concept d'atelier résidence fonctionne très bien à l'étranger mais est presque inconnu chez nous. C'est permettre à des artistes de venir se ressourcer dans un lieu comme Thozée et de créer dans de bonnes conditions.·

Pour Rops, Thozée c'était d'abord la ferme

Nous avons adressé une pétition au ministre Daerden pour lui demander le classement comme monument de la partie ferme du château. On ne peut pas la séparer du reste. Un nouveau combat a démarré pour Thierry Zéno et la Fondation Félicien Rops. Si le château de Thozée en lui-même est désormais tiré d'affaire, les deux ailes asymétriques qui le prolongent sur l'arrière font toujours peine à voir avec leurs toits crevés et leurs murs proches de l'éboulement.

La ferme avait pourtant été classée comme le reste, en 1996, mais seulement en tant qu'ensemble architectural. Un statut qui ne donne droit à aucun subside pour mener des travaux de rénovation. Rops ne venait pas au château de Thozée, mais à la ferme. Il sympathisait avec ceux qui travaillaient la terre, rapporte Thierry Zéno. Et si on sauve la ferme, on pourra y créer trois ateliers résidences supplémentaires.

En fait, la ferme du château de Thozée avait bien failli être classée comme monument en 1996. C'est ce que prévoyait la procédure préalable. Mais le prédécesseur de Michel Daerden, Robert Collignon, a préféré un autre classement.

On peut imaginer qu'on relance la procédure, commente-t-on aujourd'hui à la division du patrimoine de la Région wallonne. Il faut pour cela une injonction du ministre et il faudra aussi apporter de nouveaux arguments qui permettent de revoir le classement d'il y a sept ans. La notion de patrimoine évolue avec le temps.·

J.-P. P.