Michel père à Schaerbeek ? La question à 100 louis

VOOGT,FABRICE

Page 16

Mardi 7 février 2012

Il ne se passe pas une semaine sans que la question ne soit posée dans les médias. Lundi, c’était la Première (RTBF) qui a (vainement) tenté de savoir auprès de Michel fils si Schaerbeek allait bientôt accueillir Michel père. Malin, Michel fils a dit que « c’est une décision personnelle qui lui appartiendra. Je suppose qu’elle n’est pas encore prise ».

Il reste deux mois – on ne peut se présenter aux communales d’octobre dans une commune que si on y est domicilié en date du 14 avril – à Michel fils pour délivrer un message clair aux électeurs de Schaerbeek. Et accessoirement au PS de Laurette Onkelinx. Mise sur la touche en 2006, alors qu’elle avait déjà choisi la musique de sa joyeuse entrée, elle attend patiemment de voir le MR peut-être se désolidariser de son partenaire FDF. Pour imaginer qui sait ? des fiançailles PS-MR à Schaerbeek avant le mariage, dans deux ans, à la Région.

Nous n’en sommes évidemment pas encore là. Pour revenir à Schaerbeek, on le sait, les libéraux sont partagés sur la reconduction de l’alliance avec la liste FDF du bourgmestre Bernard Clerfayt. Pour tous, il sera plus facile d’agiter le mouchoir blanc si c’est Louis Michel qui est à la barre.

François Bertieaux, n’est pas la dernière sirène à chanter au toujours Jodognois de lever l’ancre. « Je lui pose régulièrement la question, explique la chef de file de libéraux à Bruxelles. Ce serait évidemment une bonne nouvelle ! Faire une campagne avec quelqu’un comme lui, c’est un vrai bonheur ». D’autant, que, sans rire, à la différence d’Onkelinx en 2006, on ne pourrait pas parler, ici, de parachutage : « Le problème de Laurette Onkelinx, c’est qu’on savait qu’elle construisait une maison hors de Bruxelles », nous dit-on. Ça change tout.

En attendant, qu’il déménage ou pas, Louis Michel s’offre un début de campagne confortable, faisant parler de lui sans même lever un cil. On fait tout pour l’avoir à Schaerbeek ; on va tout faire pour le retenir à Jodoigne. Lui, il attend. Tranquille. En père peinard.