Tram liégeois : un tracé réduit

BODEUX,PHILIPPE

Page 19

Vendredi 23 décembre 2011

Mobilité Le dossier scindé en deux

A l’heure où André Antoine, grand argentier wallon, parvient à trouver des millions d’euros pour des autoroutes, il semble plus difficile à concrétiser des projets de mobilité comme le tram, pourtant approuvé sur le principe depuis belle lurette. Ce jeudi, le Gouvernement wallon a décidé de raboter la ligne Jemeppe-Herstal au tronçon Sclessin-Coronmeuse tout en s’engageant à réaliser les queues de ligne lors d’une deuxième phase.

Le MR liégeois a déjà vivement critiqué l’attitude du ministre CDH non sans épargner son collègue Philippe Henry (Ecolo) qualifié d’« amateur » par Pierre-Yves Jeholet. La députée et conseillère communale Christine Defraigne renchérit. « C’est une version au rabais, un tram light loin d’un réseau complet que présente André Antoine aux Liégeois. Invoquer la rigueur budgétaire est une excuse : en 2009, la situation n’était pas différente et le tram était présenté comme un moyen de redynamiser l’économie ! Liège se fait avoir et Alain Mathot et Frédéric Daerden sont les dindons de la farce puisque le tram ne passe pas chez eux ».

Du côté d’Ecolo, la députée Véronica Cremasco vole au secours de son ministre. « Avec un Antoine qui serre la vis au niveau des transports en commun et n’a pas la même rigueur pour les routes, on a failli ne rien avoir. Grâce à Philippe Henry, nous avons pu sauver le dossier et obtenir un engagement ferme pour le tracé central entre Herstal et Jemeppe. Nous avons maintenant l’occasion de proposer quelque chose de plus ambitieux pour que le tram passe au coeur de Seraing et de Herstal », poursuit la députée.

L’association Urbagora voit dans ce phasage une... chance ! « Le tracé peut être amélioré en passant par la rive droite de Seraing et l’intérieur de Herstal. Nous demandons que ces options soient étudiées dès à présent. Le tracé doit encore évoluer sur deux points : passer à l’intérieur du quartier St Léonard et rejoindre la gare de Bressoux via Outremeuse et Bressoux. Enfin, Urbagora estime que la réalisation du Réseau express liégeois (REL), utilisant l’infrastructure ferroviaire, doit à présent devenir la première priorité de toutes les forces vives liégeoises.

« C’est la seule manière de donner une dimension intercommunale et métropolitaine au projet dès sa première phase (d’ici 2017). Il faut ouvrir un débat sur la réorganisation du réseau des transports en commun autour de cette première ligne de tram. Ne plus penser une ligne, mais penser un réseau et prendre en compte le Plan urbain de mobilité (PUM), l’étude transurbaine et la réalité de la saturation du réseau actuel. »

P.6 Accord minimaliste p.2 l’édito