Urbagora bouscule le tram et le train

BODEUX,PHILIPPE

Page 21

Samedi 25 juillet 2009

Mobilité Propositions audacieuses qui prêtent à débat

Et une nouvelle proposition d’Urbagora, une ! Après le téléphérique vers la Citadelle, l’ASBL bouscule le transport public liégeois. Dans un dossier de 30 pages (1), Urbagora propose deux projets audacieux : la réalisation immédiate d’un mini-réseau de tram et la construction d’un pont ferroviaire au-dessus de la Meuse à hauteur de Coronmeuse pour y faire circuler un RER. Explications.

Depuis un an, la réalisation d’un réseau de transport en commun structurant de type tram est acquise. En février dernier, sur base des conclusions du Plan urbain de mobilité, les bourgmestres des communes concernées (Liège, Ans, Chaudfontaine, Saint-Nicolas et Seraing) et la Région wallonne ont présenté un réseau pourvu de deux lignes réalisé en deux phases : Herstal/Jemeppe (500 millions d’euros) puis Ans/Vaux-sous-Chèvremont (300 à 700 millions d’euros). À cela s’ajoute l’ébauche d’un RER, une amélioration des lignes de bus restantes, des parkings-relais et un réseau de vélos partagés. Dernier épisode : l’obtention, par Écolo, du poste de ministre de l’Aménagement du territoire et de la Mobilité avec l’inscription, dans la déclaration de politique régionale, d’un tracé de tram « à concerter » et la création d’un RER liégeois.

Urbagora saute sur la balle. « Si l’on veut que le tram soit un succès en matière d’engouement populaire, il faut réaliser directement un mini-réseau à l’échelle de Liège et non une simple ligne Herstal-Jemeppe », déclare François Schreuer, président de l’ASBL. Concrètement, il s’agirait de réaliser la ligne Herstal-Jemeppe sur son tracé le plus urbain (Coronmeuse-Sclessin), d’y ajouter une ligne Fontainebleau-Amercœur via la place Saint-Lambert et une boucle centrale desservant Outremeuse, le Longdoz et les Vennes. Dans une deuxième puis troisième phase, ces lignes seraient prolongées vers Seraing (en rive droite), Glain et Ans, Herstal, Droixhe, Angleur et le Sart Tilman. « Pour la santé de Liège, il vaut mieux réaliser le réseau urbain en une fois avec quelques années de travaux que de les voir s’étaler en plusieurs phases », poursuit François Schreuer.

Une première phase où seule la ville de Liège est concernée… Et les autres communes ? « Parallèlement au lancement du tram, il faut étudier la création d’un RER qui desservira une grosse vingtaine de communes de l’agglomération », explique François Schreuer, qui voit trois lignes (Maastricht-Aachen, Waremme-Tongres et Huy-Bierset) passant à chaque fois par les Guillemins.

« Pour y arriver, il faut une boucle liégeoise avec la réouverture d’anciens points d’arrêt comme Vivegnis ». D’où cette idée novatrice : une liaison Bressoux-Coronmeuse (lire infographie) avec la construction d’un pont sur la Meuse, une station à Coronmeuse au milieu d’un immense parc (les halles des foires déménageraient à Ougrée), le stade du Standard et un parking relais à Droixhe, connecté directement à l’autoroute… Ni plus ni moins.

Le nouveau ministre wallon de la Mobilité et de l’Aménagement du territoire Philippe Henry apprécie. « Je trouve ça plutôt bien que des associations s’emparent du débat et s’expriment. On ne part pas de zéro, il existe des études. Mais tout n’est pas défini. En particulier le tracé. Quant au RER, il devra être étudié simultanément. » Voilà de quoi pimenter le débat sur le devenir de toute l’agglomération liégeoise.

(1) consultable sur http://urbagora.be/structurer-la-ville-le-train-le.html