MOI,C'EST LES AUTRES! C'EST L'HISTOIRE D'UN GARS QUI NOUS RESSEMBLE

PROUVOST,CHRISTELLE

Page 40

Mercredi 23 octobre 1996

Moi, c'est les autres !

Reine de la métamorphose drôle et intelligente, Valérie Lemercier nous raconte

Imiter les gens, Valérie Lemercier a toujours adoré ça ! Môme, elle faisait déjà se tordre de rire la famille en imitant, avec ses soeurs, les habitants de son village normand. Il n'y avait sans doute aucune raison pour que le jeu s'arrête, une fois que la donzelle serait montée à Paris. Entrer dans la peau des autres, c'est sa raison, son plaisir de vivre ! Infatiguable, Valérie Lemercier promène partout son scanner, regarde, écoute aux tables de restaurant, dans la rue, les magasins, le métro, à la télévision, dans les bars, les soirées mondaines... Partout ! Je regarde la télé, et je vois, par exemple, un animateur se passionner pour le goût que telle vedette éprouve pour le café. Cela n'aucun intérêt mais parce que c'est une vedette qui en parle, tout d'un coup cela paraît incroyable ! C'est le genre de situation qui m'amuse... et qui l'inspire férocement...

Sans se méfier, les gens, autour d'elle, lui offrent de formidables matières à jouer. Souvent sans le savoir, ses proches oubliant qu'ils peuvent servir de terrain d'observation. Les gens, confesse-t-elle amusée, se livrent d'une façon incroyable. Ils ne se rendent pas compte !

Passant tout cela à la Moulinette Lemercier, elle improvise chez elle, devant la caméra vidéo, écrit ses portraits. Je préfère rire des choses tristes. Quand on me pose la bête question : peut-on rire de tout ?, je réponds : oui, sauf de ce qui n'est pas drôle ! Pour moi, il faut surtout rire de tout ! Si je me moque de ma mère à travers un personnage, je ne vois pas pourquoi je ne me moquerais pas d'une personne handicapée ! Ne pas le faire, ce serait l'exclure ! Je n'aime pas la pitié, le pincement de coeur, c'est un sentiment qui ne m'intéresse pas !

L'indignation non plus ne l'intéresse pas... C'est facile de s'indigner et de ne faire que ça, de passer à la télé et de dire : j'aime pas la guerre ! Sans blague ! D'où ce portrait sans complaisance de la mère de famille qui pleure chrétiennement sur le malheur des autres mais ne fait que ça ! Mes personnages, j'aimerais que le public s'en sente proche, qu'il se sente concerné...

Si pour son premier spectacle, monté en 89 au Splendid, Valérie Lemercier avait pris le temps de mitonner, pour le second, elle a tout confectionné en deux semaines, le Théâtre de Paris se trouvant tout démuni, en novembre 95, après la défection en dernière minute de Jean-Paul Belmondo. Saisissant la balle au bond, Valérie Lemercier le remplace vite fait bien fait et tient triomphalement l'affiche jusqu'en mai 96 !

Ce que j'aime dans le théâtre, c'est de pouvoir jouer longtemps ! Le premier spectacle, je l'ai joué 400 fois et celui-ci, je le jouerai environ 300 fois. Si on joue un spectacle 50 fois, je suis frustrée. La différence essentielle entre le premier et le second spectacle, c'est la liberté. Pour le premier, j'étais plus à cheval sur les virgules...

Comme pour le premier aussi, Valérie Lemercier a tout dessiné : l'espace de jeu, le costume, l'affiche... Touche-à-tout, Valérie Lemercier a aussi sorti un disque, «Valérie Lemercier chante», au printemps dernier. Cela ne me dérange pas de faire des choses différentes. Au risque de ne pas être comprise... Ce serait dommage de se priver des choses qu'on a envie de faire. Je préfère faire ça que de voyager. Ce disque m'a permis d'être plus personnelle par exemple... Outre la tournée du spectacle, Valérie Lemercier doit aussi passer à la table de montage pour ajouter la dernière touche au premier film qu'elle a réalisé, «Quadrille» de Sacha Guitry, avec André Dussollier et Sandrine Kiberlain. Insaississable pour les mailles du filet commercial, Valérie Lemercier refuse d'être filmée sur scène et de commercialiser des vidéos de ses spectacles. Tout comme elle a repoussé l'invitation de jouer dans «Les Visiteurs 2». Le calcul, Valérie n'aime pas ça. Et elle y gagne !

CHRISTELLE PROUVOST