Musique - La maison de Jacques Pelzer swingue à nouveau Liège a retrouvé un havre de jazz

JOASSIN,ANDRE

Page 27

Vendredi 29 avril 2005

Musique - La maison de Jacques Pelzer swingue à nouveau

Liège a retrouvé un havre de jazz

ANDRÉ JOASSIN

Le 493 du boulevard Solvay à Liège fut longtemps havre de jazz. Là vécut Jacques Pelzer, pharmacien mais surtout saxophoniste de renom international. Rendez-vous des musiciens, des passionnés de toutes générations, des élèves, des débutants, des grands Belges ou de grands Américains de passage (Elvin Jones, Stan Getz, Dexter Gordon...), où Chet Baker avait « sa » chambre. Lieu mythique !

La pharmacie fermée, Jacques loua l'espace commercial, devenu épicerie, l'autre partie restant habitée, souvent par des musiciens. Dont, ces derniers temps, le batteur Marc Bienfait qui, avec d'autres, eut l'idée, quand la location redevint vacante, de transformer la maison en club. Un an de travaux plus tard, le jazz revient en force dans ce qui s'appelle désormais le Jacques Pelzer's Jazz Club, ouvert tous les mercredis.

Nous avons tout fait sur fonds propres, nous explique Marc Bienfait, l'un des responsables de l'ASBL. C'est le resto qui devrait aider à financer les concerts. La maison est connue au-delà des frontières et je crois que le public peut y venir d'Allemagne ou des Pays-Bas. Côté programmation ?On privilégie la musique acoustique, puisque nous avons un piano qui n'est pas mal. On n'a pas l'intention d'utiliser d'amplification. Ça situe la tendance.

Cette ouverture constitue aussi un événement car depuis la fermeture du Lion s'Envoile, la ville des trois mousquetaires (Jaspar-Thomas-Pelzer) n'avait plus de véritable club de jazz.

Avec son resto, prolongé d'un espace d'expo, et la petite salle de concert, ouverte sur une terrasse donnant elle-même sur le jardin, le club apparaît des plus sympa et accueillant. Dans une autre pièce est encore prévue l'installation d'un studio d'enregistrement.

Mercredi, quatre anciens partenaires du regretté saxophoniste, Steve Houben, Jacques Pirotton, Mimi Verderame et Sal La Rocca, donnaient un chaleureux concert inaugural devant une foule dont la densité ressemblait à un coup de coeur. Micheline Pelzer, fille de Jacques et elle-même batteuse, n'a pas vu sans émotion ce retour de la musique dans les murs dont elle reste propriétaire. Elle s'occupera un peu des « relations extérieures » du club : Comme je vis à Paris où je connais beaucoup de musiciens, je m'occuperai de faire venir ceux qui passent par là, et de faire connaître le club. Je pense que ça va rester un club avec une âme, je ne pense pas que ça s'agrandira trop. J'ai eu un pincement de coeur en voyant sur la maison l'enseigne avec l'image de mon père.·

Infos : 04-227.12.55.