NAMUR ET LES AFFINITES ELECTIVES DE ROPS UNE SUCCESSION DE PETITS BONHEURS

DANZE,HUGUES

Page 20

Vendredi 2 janvier 1998

Namur et les affinités électives de Rops

En 1998, le musée Félicien Rops célébrera le centenaire de la mort de l'artiste. Du plaisir et de la jubilation en perspective.

Le 23 août 1898, les femmes ont sans doute perdu leur amant le plus fiévreux. Leur plus fervent admirateur. Félicien Rops, grand voyageur devant l'éternel, décidait, à 55 ans, de quitter le monde des vivants pour pousuivre ses aventures ailleurs.

Il laissait ainsi seules celles qu'il avait tant aimé peindre, dessiner, graver... enlacer. Ces femmes puissantes, souples et langoureuses. Belles et rondes. Sensuelles et épanouies. La grande faucheuse avait accompli son oeuvre. Cynique !

Un siècle plus tard, des hommes de bonne volonté ont fait de l'artiste un génie. Son nom est célébré un peu partout à travers le monde. Justice est rendue. Namur, sa ville natale qui l'avait tant décrié de son vivant, se devait de lui consacrer une rétrospective à la hauteur de son talent. Le musée Félicien Rops s'y est employé. Bernadette Bonnier, la conservatrice, et ses collaboratrices ont planché sur un programme de manifestations (voir ci-dessous). Des manifestations rendues possibles grâce à l'intervention des pouvoirs publics. La culture reprend ses droits et Rops la place qui lui revient.

Cette année sera donc celle du divin Félicien avec des expositions à Namur mais aussi à Paris et au Québec, des rétrospectives, un colloque, l'édition d'un catalogue ou encore la réalisation d'un court métrage. Mais aussi l'agrandissement du musée (voir ci-contre).

Un programme qui, sur papier, semble exigeant et rigoureux. Tant sur le plan intellectuel qu'esthétique ou artistique.

Une rigueur que l'on retrouve dans l'ouvrage «Félicien Rops - Vie et oeuvre» édité pour la circonstance par Bernadette Bonnier et Véronique Leblanc aux éditions Stichting Kunstboek. Ce très beau livre nous laisse une nouvelle fois approcher Rops et son génie des formes.

A la lecture, grâce à la centaine de reproductions et à un texte très juste, on ressent comme une douce ivresse. Celle des corps magnifiés par un artiste qui aimait vivre dans la fièvre et le mouvement.

HUGUES DANZE

Rops a épaté Paris,

son musée aussi...

Dans la foulée de l'annonce des manifestations liées à l'anniversaire de la mort de l'artiste, le musée Félicien Rops a appris qu'il venait de recevoir le « Web'Art de bronze» lors de la dernière édition du Festival international audiovisuel musées et patrimoines qui a eu lieu à Paris. Le site internet conçu par le Ciger (centre informatique de gestion et de recherche) obtient ainsi une reconnaissance internationale (www.ciger.be/rops).

Rhabiller le musée

et ravaler sa façade

Rops a passé sa vie à déshabiller les femmes à travers ses oeuvres. Aujourd'hui, la Province de Namur pense à rhabiller le musée qui lui est entièrement consacré.

Chaque année, les collections s'agrandissent et le public est plus nombreux. Nos locaux sont devenus trop exigus pour le développement du musée et ses activités pédagogiques, explique Bernadette Bonnier, la conservatrice. Après avoir rénové entièrement l'ancien atelier de torréfaction (18 millions de francs), inauguré il y a quelques semaines, Guy Milcamps, député permanent, a confirmé le début de la seconde phase des travaux en 1998. Ils devraient se terminer au printemps 99. Coût : 24,6 millions.

Cette seconde phase consistera en la transformation complète de la maison voisine du musée. Elle sera dotée d'une façade très moderne qui fera certainement parler d'elle.

Autre nouvelle importante, la Province et la Communauté française voudraient offrir un prestigieux cadeau au musée Rops. Année anniversaire oblige. Elles négocient donc le rachat de la plus importante collection de gravures de Rops. Soit près de 2.000 pièces dont certaines sont extrêmement rares. Les négociations portent sur une somme de 30 millions.

Enfin, en guise de bienvenue dans leurs futurs nouveaux locaux, les responsables du musée ont reçu de la Fondation Roi Baudouin «La dame au pantin», une aquarelle où Rops a exprimé de la plus belle façon qui soit l'emprise de la femme sur le monde. Edifiant !

H. Dz.

Une succession de petits bonheurs

Rops était, paraît-il, un être avide de tout connaître, de tout voir et tout savoir sur son siècle. Le programme du centième anniversaire de sa mort sera à l'image du maître. Morceaux choisis.

Court métrage. Le Namurois Thierry Zéno réalise un nouveau court métrage : «Ce tant folâtre Monsieur Rops». Sortie prévue en septembre 98.

Colloque. «Le château de Thozée dans la vie et l'oeuvre de Félicien Rops», le 23 août 98 au château de Thozée à Mettet.

Concours. L'ASBL «Les amis du musée Rops» organise un concours international de gravure. Une occasion de faire le point sur l'évolution des techniques depuis 100 ans.

Namur. Deux expositions s'ouvriront simultanément à Namur (du 12 septembre au 11 octobre 1998). L'une à la maison de la culture «Rops suis, aultre ne veulx estre» présentera les diverses facettes et l'évolution de son travail. L'autre, «Cent légers croquis sans prétention pour réjouir les honnêtes gens» se tiendra au musée Rops. Il s'agira d'une grande première depuis la dispersion de cette collection suite à sa mise en vente.

Paris. Exposition des dessins de Rops au musée-galerie de la Seita (du 6 octobre au 21 novembre) . Adresse : 12, rue Surcouf à Paris.

Québec. En septembre 1999, aura lieu la première rétrospective américaine consacrée à Rops au musée de Québec (Canada) et sans doute aux Etats-Unis (en négociation).

Timbre. Pour les philatélistes, un timbre reprenant un détail de l'aquarelle «La foire aux amours» sera édité à partir du 9 mars 98.

Et bien d'autres choses encore...

Renseignements : musée Félicien Rops, rue Fumal à 5000 Namur. Tél. : 081-22.01.10.