Netanyahu prêt à négocier la paix avec les Palestiniens

AFP

Mardi 31 mars 2009

Le prochain Premier ministre israélien de droite Benjamin Netanyahu s’est dit prêt à négocier la paix avec les Palestiniens, mais n’a pas parlé d’Etat palestinien indépendant, en présentant mardi son gouvernement à l’investiture du Parlement.

« Je le dis aux dirigeants de l’Autorité palestinienne : si vous voulez vraiment la paix, il est possible d’arriver à la paix. Le gouvernement sous ma direction agira pour arriver à la paix sur trois volets : économique, sécuritaire et politique », a-t-il déclaré.

« Nous mènerons des négociations de paix permanentes avec l’Autorité palestinienne en vue de parvenir à un accord final et nous ne voulons pas gouverner un autre peuple. Nous ne voulons pas contrôler le destin des Palestiniens », a-t-il ajouté.

Il a affirmé que dans le cadre d’un « accord définitif », les Palestiniens « disposeront de tous les droits pour se gouverner eux-mêmes, sauf ceux susceptibles de constituer un danger pour la sécurité et l’existence de l’Etat d’Israël ». Mais il s’est gardé de parler d’un Etat palestinien indépendant.

Fortement dominé par les partis de droite et l’extrême droite, le nouveau cabinet israélien suscite l’inquiétude par rapport à la poursuite du processus de paix avec les Palestiniens, M. Netanyahu étant opposé à un Etat palestinien indépendant en Cisjordanie et à Gaza, dont la création est soutenue par les Etats-Unis et l’Europe.

« L’Autorité palestinienne exige du nouveau gouvernement israélien de Benjamin Netanyahu une reconnaissance claire du principe d’un règlement basé sur deux Etats », a ainsi déclaré mardi à l’AFP Nabil Abou Roudeina, le porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas.

« Toute autre position équivoque sera inacceptable et nous ne traiterons pas avec un gouvernement israélien qui ne s’engage pas à geler la colonisation et ne respecte pas la légitimité internationale », a-t-il ajouté.

La séance d’investiture du gouvernement de droite dirigé par le nouveau Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a commencé mardi en fin d’après-midi au Parlement. Ce gouvernement de coalition, qui compte trente ministres, dont M. Netanyahu, est le plus pléthorique dans l’histoire d’Israël. Il s’appuie sur une assise parlementaire de 69 députés sur les 120 à la Knesset.

Fortement dominé par les partis de droite et l’extrême droite, ce gouvernement suscite l’inquiétude pour la poursuite du processus de paix avec les Palestiniens, M. Netanyahu étant opposé à un Etat palestinien indépendant en Cisjordanie et à Gaza, dont la création est soutenue par les Etats-Unis et l’Europe.

Le gouvernement comprend notamment, au poste clé des Affaires étrangères, l’ultranationaliste Avigdor Lieberman, chef du parti Israël Beiteinou, qui s’est illustré par des déclarations antiarabes et des critiques acerbes à l’encontre du président égyptien Hosni Moubarak.

(AFP)