NOEL AU NATUREL DANS LES VITRINES NAMUROISES

SACCHI,VALERIE

Page 19

Mercredi 23 décembre 1992

Retour aux sources et matériaux du cru pour un décor de nativité

Noël au naturel dans les vitrines namuroises

Dans les rues de Namur, le mot d'ordre cette année semble être le retour au naturel. Remisés les sapins dans des neiges synthétiques, les guirlandes multicolores et les boules psychédéliques. Désormais, le roi des forêts a retrouvé sa couleur d'antan, rehaussé de touches rouges et or en forme de boules, de petits cadeaux et de pères Noël. Des pommes de pin, des fleurs, des fruits séchés, parfois même des citrouilles!, ajoutent une note champêtre au décor.

Côté cadeaux, on ressort les pots à épices, les bons vieux seaux en zinc, les paniers en osier, les tissus à carreaux, les plumiers en bois naturel et les bocaux en verre. En décoration comme en politique, le PVC n'a plus la cote.

La vague verte qui secoue l'Europe aurait-elle des répercussions jusque dans la hotte du père Noël? Selon André Jacqumin, responsable du service décoration dans un grand magasin de Namur, l'écologie n'est pas qu'une «chose» politique.

Ce mot clé des années 90 que l'on sert à toutes les sauces, semble bel et bien à l'origine d'un nouveau mode de vie qui privilégie les matériaux traditionnels. Pour cet homme qui a vu défiler près de trente Noël depuis qu'il travaille comme étalagiste, l'heure n'est donc plus au «clean» et au clinquant, mais bien au naturel. Dans son magasin, exit le bariolé, Noël se décline en rouge et en vert. Au rayon mode, le département robes de cocktail bat de l'aile, c'est dire si les fêtes de fin d'année perdent de leurs paillettes!

Ici comme ailleurs, la tendance est désormais aux décors emplis de chaleur, aux intérieurs «cocoon». Dans la vitrine d'un magasin pour enfants, à Namur, un salon douillet offre une scène de Noël des plus traditionnelles: une cheminée, un vieux plancher, un sapin et autour, des enfants en pyjama molletonné qui viennent chercher leurs petits cadeaux.

Variation sur le même thème, quelques centaines de mètres plus loin, cette fois chez un oculiste. Une petite maisonnette construite en briques - des vrais, pas du toc! -, accueillent trois pères Noël rigolards, au visage bien joufflu flanqué d'un gros nez rouge. L'un porte une bougie, l'autre présente une palette de peintre, le troisième, fringué comme un artisan, scie du bois... Noël au naturel, y a que ça de vrai!

V. S.