NOMINATION SANS SURPRISE DU NOUVEL ADMINISTRATEUR GENERAL DE LA RTBF STALPORT:"JE SUIS UN HOMME DE CONVICTION"

SIMON,CHRISTINE

Page 3

Mardi 14 décembre 1993

Nomination sans surprise du nouvel administrateur général de la RTBF

Stalport: «Je suis un homme de conviction»

Jean-Louis Stalport sera, dès le 1er janvier, le patron de la RTBF, pour une durée de dix ans. Sur proposition du ministre chargé de l'Audiovisuel, Elio Di Rupo, le gouvernement de la Communauté française a nommé, lundi, l'actuel chef de cabinet du vice-Premier ministre Coëme, comme administrateur général.

Comme on le sait («Le Soir» du 22 novembre), c'est l'ultime péripétie d'une nomination annoncée... La phase intermédiaire de la désignation par le Conseil d'administration du candidat répondant le mieux au profil attendu n'a étonné personne. Après tout, l'accord de majorité au sein de l'exécutif de la Communauté française ne prévoyait-il pas, entre autres, que le président du Conseil d'administration de la RTBF devait être un PSC tandis que l'administrateur général devait être socialiste. Après les tandems Van Campenhoudt - Stéphane, Descampe - Stéphane, voici donc le duo Descampe - Stalport.

Changement de style? Sans doute. En tout cas, l'ex-directeur du bureau d'études de la FGTB, licencié en droit, s'il est habitué à gérer les conflits sociaux (dont celui de la Sabena cet été), ne connaît pas les matières audiovisuelles. Handicap? Certains professionnels le disent... même s'ils s'accordent sur les qualités d'un homme qui arrive à la tête de la radio-télévision de service public sans à priori.

Lundi soir, Jean-Louis Stalport faisait sa première apparition d'administrateur général à la télévision. Un peu mal à l'aise devant les caméras, il s'est dit heureux de devoir relever un défi exceptionnel. Il n'a pas balayé d'un revers de la main ses liens avec le monde politique. Je suis un homme de convictions et je ne veux pas mettre mes convictions au placard. Je veux faire preuve d'esprit d'ouverture et de tolérance, a-t-il déclaré, ne laissant là aucune ambiguïté.

Son souhait? Donner à la RTBF un profil de service public. Ce qui signifie avoir une information accessible à tous, mais éminemment culturelle.

Son credo? Mobiliser les collaborateurs de la maison autour d'un projet d'entreprise. La RTBF est une entreprise que je ne veux pas voir en péril. Je veux y voir des perspectives de développement.

Si Jean-Louis Stalport - qui avoue regarder fort peu la télévision - est conscient du carcan financier, il connaît aussi les contraintes de l'audimat... mais ne veut pas en être prisonnier.

C. S.