NOUVELLE PROTECTION POUR LES FONDS DE LA POSTE : EN CAS DE VOL TOUT EXPLOSE

DU BRULLE,CHRISTIAN; BELGA

Page 18

Mardi 31 juillet 1990

Nouvelle protection pour les fonds de la Poste

En cas de vol: tout explose!

Afin de prévenir toute tentative d'attaque de transports de fonds, la régie des postes envisage d'équiper ses fourgons d'un nouveau système de protection mis au point par Axytrans, une société française basée à Dijon.

La Régie va expérimenter le nouveau système à Charleroi et à Anvers dès la fin du mois d'août. Au terme d'une période de six mois, si l'expérience s'avère concluante, l'ensemble des bureaux de poste du pays en seront équipés. Coût de l'opération: 335 millions pour l'équipement des bureaux dans tout le pays et 58 millions pour la phase d'expérimentation.

Le nouveau système permet à coup sûr de dégrader les fonds transportés en cas d'attaque, privant du même coup les agresseurs de l'objet de leurs convoitises. Le processus de dégradation fonctionne sans intervention humaine. Le cerveau du système est un ordinateur central qui se gère et se contrôle lui-même. Pour le transport, il est fait appel à une valise de transport, une sorte de conteneur inviolable, dans lequel se glisse un tiroir où sont rangés les billets de banque. Il renferme un appareillage électronique ainsi qu'une barre d'hexogène qui, lorsqu'elle explose, dégrade les valeurs et détruit le dispositif électronique. Quant au véhicule utilisé pour le transport, il s'agit d'un véhicule conventionnel mais équipé d'un module d'arrimage des valises et d'un ordinateur de bord qui capte les informations programmées de chaque valise transportée. Le bureau pourvoyeur des fonds contient un rayonnage divisé en compartiments destinés à contenir les valises. Il est raccordé à un terminal qui sert à programmer et à ouvrir les valises.

L'équipement est complété par une imprimante qui permet de recevoir les commandes de fonds introduites par les divers bureaux de poste. Au bureau de poste, il y a un module semblable à celui du bureau pourvoyeur, mais de taille réduite. Il est aussi pourvu de l'appareillage électronique permettant de programmer une valise pour l'expédition d'un versement, d'ouvrir une valise à la réception et de passer commande de fonds de subvention. La valise de transport, qu'elle soit vide ou chargée, doit toujours être insérée dans un module sous peine de se détruire. Une temporisation est programmée afin de permettre le transfert de la valise du bureau expéditeur au véhicule et du véhicule au bureau de destination. La durée totale du circuit est programmée et si l'une des temporisations est dépassée, le dispositif de mise à feu se déclenche. Lors de la fermeture, le comptable expéditeur programme sa destination au moyen du clavier de son terminal. Dès cet instant, il ne sait plus la rouvrir et n'a plus accès au contenu. Les valises fermées par le bureau pourvoyeur séjournent dans le module pour la nuit. Le matin, le convoyeur extrait du module les valises destinées à son circuit en frappant son code-clé sur le clavier du terminal; il les transfère dans son véhicule où elles sont insérées dans le module d'arrimage. Les valises ne portent pas l'indication du bureau destinataire; lorsque le convoyeur arrive devant un office à désservir, il en frappe l'indicatif sur son terminal de bord et la valise à décharger lui est indiquée par un voyant lumineux de couleur verte. La valise est alors transportée dans le bureau destinataire où elle est introduite dans le module. S'il y avait confusion de valise lors de la livraison, le module du bureau ne la reconnaîtrait pas et elle serait rejetée. Une procédure identique mais inversée est utilisée pour l'envoi des versements. Quant au comptable destinataire, il ouvre la valise au moyen de son code-clé frappé sur le terminal après validation de la transaction par le centre serveur.

C.D.B. et Belga