Olivier Strelli tente d’éviter la faillite

n.c.

Mardi 22 mai 2012

La chaîne d’habillement se trouve déjà depuis quelque temps dans des difficultés financières, mais veut tout faire pour éviter une faillite.

Dans un communiqué diffusé mardi, la société précise qu’elle a sollicité le tribunal de commerce de Bruxelles pour un transfert d’entreprise sous autorité de justice.

Olivier Israël, fils du fondateur Nissim Israël, veut lancer une nouvelle société pour pouvoir poursuivre les activités.

La procédure a été initiée en février et court jusqu’au 24 juillet 2012, selon la société.

Le communiqué a été diffusé parce que l’entreprise a pris connaissance de rumeurs selon lesquelles Olivier Strelli serait déjà en faillite, ce qu’elle contredit avec force.

Pour pouvoir éviter la faillite de Nissim, la SA qui se cache derrière la marque, de nombreux partenaires, des banques et des avocats devraient accepter la solution proposée par l’entreprise. La porte-parole insiste sur le fait que le nom de la marque n’est pas pour autant en danger, grâce à diverses licences, comme pour les chaussures par exemple. Olivier Strelli possède 15 magasins en Belgique et emploie 65 personnes.

(Belga)