OPA SUR LE FOOT BELGE:LA PARTIE A COMMENCE

LAUWENS,JEAN-FRANCOIS; MILUTIN,ROGER

Page 27

Mercredi 2 octobre 1996

OPA sur le foot belge : la partie a commencé

La grande partie de poker pour l'attribution des droits télé du championnat est ouverte. En jeu : 1,35 milliard. Le contrat du siècle !

Il n'aura fallu que quelques heures pour voir ce qui apparaissait d'abord comme une rumeur folle mettre le feu au paysage sportivo-économico-télévisuel belge. La partie de poker (menteur ?) lancée la semaine dernière par le groupe néerlandais Endemol a rapidement tourné à «Panique à OK Corral ».

Patrons des chaînes de télé possédant actuellement les droits (RTBF, VTM et le tandem Canal + - SuperSport) ou souhaitant les acquérir (RTL-TVi, VT 4), dirigeants des clubs, de la Ligue pro ou de l'Union belge : tous ne dorment plus depuis la révélation de l'offre astronomique formulée par le consortium néerlandais.

Commn on s'y attendait, les choses se sont précipitées en un week-end. Lundi, c'était la toute grosse effervescence avenue Houba puisque les principaux acteurs de ce western se sont retrouvés à l'Union belge.

En effet, si les contrats sont verrouillés jusqu'à la fin de la saison 1997-1998, l'offre énorme (1,35 milliard de F par an) formulée par les Néerlandais excite chacun. Les clubs y voient une aubaine exceptionnelle de toucher 40 à 50 millions par an.

Les enjeux sont colossaux. Jean-Philippe Art, le patron des Sports à la RTBF, répète souvent que la chaîne qui perd la guerre du foot est perdante sur tous les autres tableaux aussi. Comme ceux de la BRTN hier, les dirigeants de la RTBF et de VTM sont dans leurs petits souliers. Sans le foot, ces chaînes ne seraient plus grand-chose.

Dans le «Financieel-Economische Tijd», Michel D'Hooghe avait annoncé, dès avant l'affaire, que la discussion serait ouverte à tous et pas seulement aux possesseurs de droits.

Aujourd'hui et pour deux ans encore, les données sont les suivantes : 310 millions tombent chaque année dans l'escarcelle du foot belge. Un tiers (100 millions) provient des caisses de la RTBF, un tiers (105 millions) de celles de VTM et un tiers des chaînes cryptées.

C'est en trois temps que les choses se sont accélérées ces dernières heures.

Un : Alain Courtois, le secrétaire général de l'Union belge, a d'abord reçu les représentants d'Endemol, l'initiateur de la chaîne néerlandaise Sport 7, qui a confirmé son offre ferme de 1,35 milliard par an.

Deux : les cinq chaînes de télé «en clair» (RTBF, VTM, BRTN, RTL-TVi, VT 4) ont confirmé leur intérêt pour le football mais leurs possibilités financières sont évidemment largement en deçà de celles des Néerlandais. Les chaînes non payantes sont priées de faire connaître leur offre pour la période allant de 1998 à 2002 avant le 15 octobre et les parties se reverront le 18 de ce mois. RTL-TVi serait disposé à avancer quelque 750 millions par an mais il s'agit d'une offre concernant le crypté également. Endemol a évidemment, pour sa part, tout intérêt à se remanifester avant cette date.

Trois : avant la révélation de l'«OPA sur le ballon rond», les chaînes payantes Canal + et SuperSport (désormais sous le même toit depuis le rachat de Nethold, la maison-mère de Film-Net et de SuperSport, par Canal +) ont pris l'initiative de porter de 100 à 210 millions par an leur participation à la corbeille. Invitées à la négociation par la Ligue pro, les deux chaînes cryptées ont mis 20 millions de plus sur la table pour arracher un accord. Dès cette saison donc, l'apport des chaînes à péage aux clubs professionnels est doublé (3,5 millions par saison plus 1,2 million par match à domicile).

Les modalités de retransmission sont également modifiées : l'accord entre Ligue pro et Canal +/Supersport porte sur la diffusion de 42 matchs en direct par an (contre 26 actuellement), mais 28 seulement seraient en tout cas communs aux deux chaînes. Quatorze autres rencontres, en effet, pourraient être «splitsées» pour permettre au public francophone ou au public flamand de voir des rencontres qui n'intéresseraient que peu l'autre communauté (exemple : Mouscron-Charleroi sur Canal + et Harelbeke-Alost sur SuperSport).

Si les deux émetteurs cryptés possèdent une option pour la période post-1998, la grande bataille s'annonce évidemment pour les images en clair. Trois cents millions à côté de plus d'un milliard, cela fait évidemment rigoler les uns et fantasmer les autres...

JEAN-FRANÇOIS LAUWENS