Outremeuse : une île oubliée ?

DE BAST,ANNE-CATHERINE

Page 27

Mercredi 19 décembre 2012

Liège L’ASBL urbAgora a fait une étude sur le quartier

Elle se situe au cœur de Liège, cernée par la Meuse et la Dérivation. Mais malgré sa position centrale, pour urbAgora, groupe de réflexion sur l’urbanisme et la mobilité à Liège, l’île d’Outremeuse, comme toute la rive droite d’ailleurs, ne voit pas son potentiel exploité : les grands projets d’aménagement urbain se concentrent sur la rive gauche. De quoi susciter l’attention de l’ASBL, qui a réalisé une étude sur le quartier, à envisager dans la globalité de la ville. « Outremeuse, c’est en quelque sorte un laboratoire urbain, précise Olivier De Wispelaere, président de l’ASBL. On y trouve toutes les problématiques liégeoises concentrées en un même lieu. »

Au printemps dernier, des membres de l’association ont sillonné et observé le quartier, défini des thématiques dans une étude de 42 pages. Ils y proposent aussi des pistes d’amélioration, tant utopiques que réalistes. « Nous avons défini une série de suggestions qui ont un effet sur plusieurs aspects de la ville », précise le président d’urbAgora. Exemple ? Ils proposent de rouvrir des bains publics. « Il y a un problème d’accès à l’eau pour les personnes qui vivent dans la précarité et la seule piscine encore accessible au centre-ville est celle d’Outremeuse. Et elle est trop fréquentée. Il y a donc un enjeu sportif, mais aussi d’hygiène publique, à relier à la problématique de la précarité. »

UrbAgora suggère également la création d’un réseau de mobilité douce complémentaire au Ravel, saturé, ou encore la déviation du trafic de transit qui sera reporté sur la Dérivation par l’aménagement du tram et des quais. Sur le site de Bavière, la plus vaste friche du quartier, l’ancienne dentisterie pourrait être réaffectée en maison des associations, tandis que le boulevard de la Constitution pourrait devenir une « rambla », où un plus large espace serait dédié aux piétons.

Côté commerce, urbAgora pense à inviter les pouvoirs publics à acquérir les cellules vacantes, ou encore à accueillir une extension du marché de la Batte sur le boulevard Saucy.

Bref, l’étude balaie Outremeuse en long et en large, avec l’ambition de « créer une émulsion dans le quartier pour attirer l’attention et peut-être réussir à le transformer. » Elle a été transmise à plusieurs services de la Ville et sera également communiquée au secteur associatif local.

L’étude est disponible sur le site www.urbagora.be