Parlement - Transaction ou levée d'immunité ? Fournaux veut faire amende honorable

DANZE,HUGUES; MARON,GUY

Page 3

Vendredi 25 juin 2004

Parlement - Transaction ou levée d'immunité ?

Fournaux veut faire amende honorable

HUGUES DANZE

GUY MARON

Mercredi, la commission des poursuites de la Chambre se penchait sur une demande de levée d'immunité parlementaire à l'encontre de Richard Fournaux, le député-bourgmestre de Dinant récemment rallié au MR (« Le Soir » du 23 juin). La raison de cette procédure ? Un excès de vitesse contesté par Fournaux, ce qui a amené le procureur du Roi de Nivelles à le citer devant le tribunal de police. Or, cet acte ne peut se faire sans levée de l'immunité parlementaire.

Voilà pourquoi le député-bourgmestre était attendu, mercredi, à 14 h 15, devant la commission des poursuites. Il s'y est présenté avec trois quarts d'heure de retard. Motif : il aurait été retardé sur la route. Au moins n'y aura-t-il pas eu, cette fois, de nouvel excès de vitesse...

Devant les sept membres de la commission (parmi lesquels son chef de groupe, Daniel Bacquelaine), Richard Fournaux a fait... amende honorable, s'est engagé à respecter les limitations de vitesse et a accepté de payer la transaction de 270 euros qu'il avait refusée dans un premier temps.

L'affaire peut s'arrêter là, mais ce n'est pas gagné d'avance : la commission va maintenant adresser son rapport au président de la Chambre, Herman De Croo (VLD), qui le transmettra au procureur général de Bruxelles. Et c'est ce dernier qui décidera des suites à donner : soit il proposera une nouvelle transaction à Fournaux, qui aura tout intérêt à l'accepter ; soit il décidera de poursuivre la procédure de levée d'immunité, ce qui pourrait être beaucoup plus gênant pour le député dinantais.

Notons que le vice-président de la commission des poursuites n'est autre que Claude Eerdekens (PS), député-bourgmestre d'Andenne. Piquant, quand on sait que Fournaux a porté plainte contre lui, en mars, pour « harcèlement, imputation calomnieuse, violation du secret professionnel et pacte de corruption active et/ou passive », excusez du peu ! Et que, quelques jours plus tard, Eerdekens introduisait lui-même une action au civil contre son collègue dinantais.·