Pas de cartes de crédit pour les mineurs d'âge

MATHIEU,BENOIT

Page 27

Samedi 1er juillet 2006

Paiements Les banques courtisent les plus jeunes et leur dédient des produits. Mais l'âge de 18 ans reste une limite fatidique

À l'étranger, au restaurant ou sur internet, la carte de crédit est un outil de paiement très pratique. Généralement bien accepté, aussi. Pas étonnant dès lors que le marché des cartes de crédit soit dynamique. Les banques émettent régulièrement des variantes. Même certains magasins s'y mettent.

Visa et MasterCard sont les deux plus grands réseaux. En Belgique circulent plus de trois millions de cartes, dont plus des deux tiers arborant le sigle Visa, le réseau le plus généraliste. Marketing oblige, MasterCard affiche un positionnement différent et se veut légèrement plus exclusif. Sans comparaison toutefois avec les plus petits réseaux, comme American Express ou encore Diners Club. Attribution très stricte. Cible privilégiée : les hommes d'affaires. En Belgique, à peine 150.000 cartes.

Seuls peuvent émettre des cartes Visa ou MasterCard les membres disposant d'une licence. Chez nous, Bank Card Company (BCC), Europabank et Citibank. BCC est un organisme interbancaire regroupant une quarantaine de banques et occupant 90 % du marché.

Parmi ses missions, la gestion de cette licence dans le secteur des cartes destinées aux personnes privées. « Nous sommes une sorte de parapluie, de facilitateur qui rend des services, explique Ante Rimac, porte-parole de BCC. Par exemple, l'envoi de la facture détaillée. » La gestion commerciale reste aux mains des banques.

Et c'est connu, les banques aiment les jeunes. Pour preuve, le nombre de publicités bancaires atteintes d'acné. Nombre de produits leur sont d'ailleurs spécifiquement dédiés. Qu'en est-il des cartes de crédit ?

Les moins de 18 ans. Dès 12 ou 14 ans, selon la banque, il leur est possible de détenir un compte à vue, considéré comme un acte de gestion. Sous conditions, il est même envisageable que ce compte soit (très légèrement) dans le rouge.

Mais pas de cartes de crédit. « En principe, les cartes de crédit ne sont pas accessibles aux jeunes de moins de 18 ans, confirme Marina De Moerlooze, directrice de la communication auprès de la Febelfin, la fédération financière belge. La décision finale appartient toutefois aux banques. C'est un produit commercial. »

Les conditions générales des organismes bancaires reprennent généralement la limite fatidique. Ce qui ne veut pas dire qu'aucune entorse à la règle n'existe. Circonstances exceptionnelles et accord des parents peuvent ouvrir la voie à certains.

Consolation pour les autres : les emplettes sur internet peuvent désormais être réglées au moyen d'une simple carte Bancontact/MisterCash (voir Le Soir du 14 juin). Restent aux sites à suivre et ils sont encore peu nombreux...

Les 18-25 ans. Ça y est, la carte de crédit est enfin accessible ! Généralement dans sa formule la plus simple, mais pourquoi bouder son plaisir ? Pas de ligne de crédit ouverte et un plafond mensuel tournant autour des 1.250 euros.

Exception chez Citibank, chez qui toutes les cartes de crédit impliquent la possibilité de s'adonner au revolving (lire ci-contre). Il en est de même pour la carte réservée aux étudiants. La ligne de crédit est plafonnée à 750 euros. « Aucun danger, tient à rassurer Lars Seynaeve, porte-parole de Citibank. Le plafond est bas et le jeune n'est pas obligé de rentrer dans le revolving : il lui suffit de régler à chaque fois l'entièreté de sa facture. C'est un bon apprentissage à la gestion. »

Formule souple, le revolving peut s'avérer cher, avec ses taux d'intérêts élevés (15 % en moyenne). Bonne nouvelle, ils devraient être revus à la baisse dans une nouvelle législation, attendue pour le mois de septembre.

Repères

Repères

Rien ne ressemble plus à une carte de crédit qu'une autre carte de crédit. Et pourtant. Il convient de distinguer deux catégories.

La carte à débit différé. Carte de crédit classique : le remboursement des payements effectués est reporté jusqu'à l'envoi du relevé mensuel. La facture est donc différée, mais intégralement due chaque mois.

La carte avec ouverture de crédit, dite « revolving ». Le remboursement peut s'étaler sur plusieurs mois. Cela correspond à une ouverture de crédit, avec une réserve financière dans laquelle le consommateur peut puiser jusqu'à son plafond. Remboursement mensuel minimum imposé et possibilité de réemprunter les montants déjà remboursés (revolving). Une formule souple mais chère.