Patrick Piérart se dit « noirci par un noir pot »

MARECHAL,GISELE

Page 18

Samedi 23 mai 2009

Patrick Piérart se dit « noirci par un noir pot »

« Le bac se retourne sur le pourceau. Didier Donfut m’a évincé du mayorat voilà plus d’un an et demi. Et le voilà, qui vient de s’exploser tout seul. » Pour la première fois depuis qu’il est « simple » conseiller communal à Colfontaine, l’ex-mayeur Patrick Piérart ricane. Les « affaires » lui donneraient presque du bonheur. « Quoique : je suis toujours membre du PS. Je suis triste pour la région. Je continue de penser que le socialisme est utile pour les travailleurs. Je fustige les comportements inacceptables dont un individu a fait preuve. Didier Donfut m’a traité comme un moins que rien en octobre 2007. À l’époque, je n’ai pu m’expliquer devant personne, je ne connais toujours pas les griefs qu’on me reproche. En attendant, il a mis le « bordel » à Colfontaine. Désormais, je dis que j’ai été « noirci par un noir pot », comme on dit en Borinage ! »

Didier Donfut n’est plus ministre… « et il ne sera plus député régional au 7 juin. Il ne jouira plus de son privilège de juridiction. À moi de jouer maintenant ! » Patrick Piérart vient donc d’adresser par courrier postal, deux plaintes au juge d’instruction Pierre Pilette, qui traite déjà son dossier. « Une plainte concerne une corruption active de fonctionnaire. Et l’autre, une corruption passive, contre X, mais à peine dirigée. » Le mayeur déchu de Colfontaine ne perd pas le Nord. « J’ai revu les interviews télévisées de Donfut, datant du lendemain de ma démission. Il y avoue avoir recoupé ses informations, plusieurs mois durant, auprès de fonctionnaires. Si le fonctionnaire que je vise avait eu des griefs contre moi, il devait en parler au bourgmestre, droit dans les yeux ; au collège, à la tutelle… mais pas à la Fédération PS de Mons-Borinage, présidée par Donfut. » Et de conclure : « Rien n’est encore avéré contre moi au plan judiciaire. Ce qui a causé sa chute à lui par contre, est avéré politiquement incorrect. Or, il s’est permis de faire des commentaires contre moi. C’est gonflé ! » Pour l’ex-mayeur de Colfontaine, « on a vu la paille dans mon œil… et maintenant on voit la poutre dans le sien. »

Ambiance assurée entre camarades. (G. Ma)