Pédophilie dans l’Eglise belge : seuls 5% des plaintes ont abouti

n.c.

Lundi 12 avril 2010

Plus de 300 plaintes pour des cas de pédophilie ont été portées à la connaissance des évêques de Belgique, mais 15 seulement ont abouti et les coupables n’ont jamais été sanctionnés, accuse un prêtre qui a assisté de nombreuses victimes.

« Nous avons présenté entre 1992 et 1998, plus de 300 plaintes de victimes d’abus commis par des prêtres, mais quinze seulement ont abouti avec les aveux » des coupables, a expliqué le père Rick Devillé aux quotidiens flamands De Standaard et Het Nieuwsblad.

« Le prêtre mis en cause a le plus souvent été muté, mais jamais il n’y a eu de sanctions », a-t-il regretté.

Fondateur du groupe de travail « droits de l’homme dans l’Eglise » qui défend les victimes d’abus dans l’Eglise, le père Devillé, 65 ans, a déploré le manque de soutien de la hiérarchie catholique belge.

« Très peu d’évêques nous ont aidés », a-t-il soutenu. Dans la grande majorité des cas, les victimes se sont entendu dire que leur affaire était « malheureusement prescrite », a-t-il déploré.

Dans certaines affaires, les victimes ont même été poursuivies pour diffamation, s’est-il insurgé.

« Nous avons eu le cas d’un prêtre accusé à trois reprises d’abus et qui à chaque fois a été muté dans un endroit où il n’était pas connu, et où il continuait de sévir », a raconté le père Devillé. Ordonné prêtre en 1969, le père Devillé a dirigé jusqu’en 1981 la paroisse de Buizingen à Hal. Il est aujourd’hui à la retraite.

« Pendant des décennies, l’Eglise a mal géré le problème de la pédophilie en son sein », a reconnu le nouveau primat de Belgique, Mgr André Léonard, lors de son homélie pascale, en dénonçant « un silence coupable ».

Le porte-parole de la Conférence des évêques catholiques de Belgique Eric De Beukelaer, a pour sa part proposé la création d’une commission d’enquête sur la manière dont l’Eglise de ce pays a traité dans le passé des affaires de pédophilie parmi les membres de son clergé.

Par cette commission d’enquête, les comportements du passé de l’Eglise catholique de Belgique pourraient être décryptés et étudiés, cela avec le soutien de l’Eglise, a-t-il affirmé.

(afp)