La Flandre refuse le mayorat à Véronique Caprasse

LAMENSCH,MICHELLE

Page 5

Mercredi 15 juin 2011

Périphérie Dénouement à Crainhem

Après un an de crise, le ministre flamand de l’Intérieur Geert Bourgeois (N-VA) ravive le feu sous le dossier BHV. A l’agence Belga, il a annoncé, mardi, qu’il refusait la candidature de la 1ère échevine de Crainhem, Véronique Caprasse (MR-FDF), au mayorat de cette commune à facilités de la périphérie bruxelloise.

« Je regrette de ne pas pouvoir la nommer. J’avais tendu la main et demandé à la majorité de présenter quelqu’un de déterminé à respecter les lois linguistiques. Je dois appliquer la loi ». Mme Caprasse avait rencontré M. Bourgeois avant le week-end. « Je lui ai dit que, pour moi, l’arrêt de la Cour d’appel de Mons primait les circulaires régionales. C’est une question d’honnêteté et de transparence, je défends les thèses du FDF, je ne vais pas jouer la comédie... »

Mme Caprasse briguait la succession d’Arnold d’Oreye (MR-FDF). Comme Damien Thiéry (MR-FDF, Linkebeek) et François van Hoobrouck (MR-Lib, Wezembeek-Oppem), Arnold d’Oreye est maïeur ff depuis 2006. Tous trois se sont vu refuser la nomination pour avoir adressé des convocations électorales dans la langue de l’électeur et non en néerlandais, comme l’impose une circulaire régionale.

« S’il n’y a pas un candidat francophone qui se vend aux thèses flamandes, nous confie Damien Thiéry, par ailleurs député MR-FDF, ou un Flamand nommé d’autorité par le ministre, je crains que nos trois communes ne soient jamais dirigées par un bourgmestre en titre... »

« Ce refus est gravement injurieux, réagit Olivier Maingain, le président des FDF, M. Bourgeois persiste dans le déni de démocratie et l’illégalité ». Les FDF annoncent qu’ils alerteront les instances européennes et internationales sur cette « grave dérive du gouvernement flamand ».

« Provocation, grave déni de démocratie , estime aussi Rudi Vervoort, le président du PS bruxellois, qui reproche à M. Bourgeois d’avoir basé son refus sur les intentions de la candidate. Pour la bourgmestre de Rhode-Saint-Genèse, Myriam Delacroix (CDH), également députée, ce refus est « inacceptable car motivé par de simples suspicions, la candidate n’ayant encore posé aucun acte juridique.

rétroactes

Deux conceptions de la légalité

A Crainhem, Wezembeek-Oppem et Linkebeek, communes à facilités de la périphérie bruxelloise, les maïeurs MR, soutenus par leur majorité francophone, à l’issue du scrutin de 2006, se sont vu refuser la nomination par la tutelle flamande. Ils avaient violé les circulaires imposant l’envoi des convocations électorales en néerlandais. Pour les francophones, l’usage des langues en matière électorale dans les communes à facilités relève du fédéral. En janvier 2011, la Cour d’appel de Mons a déclaré « sans effet juridique » les circulaires restreignant les facilités. Pour les Flamands, la loi communale a été régionalisée en 2011 et, depuis, les circulaires priment.