PERQUISITION CHEZ DEMANNEZ,SUITE L'ECHEVIN DE SAINT-JOSSE SE DEFEND ET S'EXPLIQUE

ROBERT,FRANCOIS

Page 16

Mercredi 14 juin 1995

Perquisition chez Demannez, suite

L'échevin de Saint-Josse se défend et s'explique

Lundi passé, les inspecteurs du Comité supérieur de contrôle ont perquisitionné chez Jean Demannez, premier échevin PS à Saint-Josse, dans le cadre d'une affaire de travail au noir liée à la société de nettoyage Multiservices dirigée par Jean-Louis Vella.

M. Demannez clame son innocence. Il a pris conseil auprès de Marc Uyttendaele, juriste connu. Ce dernier s'étonne : l'échevin est conseiller régional bruxellois et jouit donc de l'immunité parlementaire.

Jean Demannez ne nie pas connaître de longue date M. Vella.

- M. Vella est né dans la commune et il a même été le président du club sportif local.

L'échevin affirme que les affaires traitées par la régie de la rénovation urbaine qu'il dirige et M. Vella sont minimes : même pas un millième des 700 millions (en dix ans) engagés dans la rénovation à Saint-Josse ! Il a présenté mardi des photocopies des documents emmenés par les enquêteurs, dont une facture de 130.000 F et deux lettres. La première décrit les conditions d'une participation de M. Vella à un bar VIP au Saint-Jazz-ten-Noode. La seconde concerne un contrat de 600.000 F (avec emprunt) réalisé par Jean Demannez. L'échevin s'est aussi expliqué sur la vente d'une maison à M. Vella pour 10 millions.

- Au départ, je désirais vendre celle que j'occupe aujourd'hui rue de la Limite. M. Vella signa un accord de principe pour 9 millions. Ensuite, à cause de problèmes conjugaux, il a renoncé à cette maison et racheté celle que je possédais rue des Moissons. J'ai donc touché également les arrhes (un million) que le fisc a amputé de moitié... La valeur de la maison a été attestée par deux experts immobiliers.

Le départ du juge d'instruction Vandermeersch pour le Rwanda laisse, ces jours-ci, l'enquête au point mort. L'auditorat du travail a interjeté appel contre la décision de la chambre du conseil de remettre M. Vella en liberté. Et les auditions de ce dernier, explique-t-on dans le milieu de l'enquête, font bien apparaître des liens avec M. Demannez.

FRANÇOIS ROBERT