Piérart n’ira pas en recours

MARECHAL,GISELE

Page 13

Vendredi 4 juillet 2008

Colfontaine Malgré l’exclusion, il se sent toujours socialiste

Je n’irai ni en appel quant au fond, ni en recours quant à la forme de la décision de m’éjecter ». Patrick Piérart l’a dit à la presse, ce jeudi. « Au moins, entre le groupe et moi, les choses sont claires désormais. Je jouerai mon rôle dans l’opposition. »

En fait, Patrick Piérart n’a toujours pas digéré la manière dont il a été poussé à la démission du poste de bourgmestre par ses pairs, le 17 octobre 2007. « On m’a assassiné, sans m’avoir donné la parole. Depuis, jamais mes pairs ne m’ont laissé l’occasion de m’exprimer quant aux problèmes que je veux soulever et quant à mon honneur que je veux laver. L’occasion aurait été belle, mardi soir, de me laisser m’exprimer : je n’en ai pas eu l’autorisation. Dans ces conditions, je n’ai pas assisté à la réunion ».

Et, ironique : « Je comprends que le collège ne veuille pas m’entendre. Si le reste du groupe PS m’entendait, il désavouerait le collège ».

Quant à l’ordre du jour de la réunion de mardi soir. « On m’accuse d’absentéisme ? Je n’étais pas convoqué aux réunions. On m’accuse de lancer des débats stériles au conseil communal ? Nous n’avons pas la même conception des débats stériles. Quant aux bons de travail dont on voudrait m’accuser, j’affirme ne jamais avoir rien commis de malhonnête. »

Et de promettre de revenir à la rentrée, avec d’autres arguments. « Je continuerai de travailler pour ma commune. Et à faire de la politique. Je me sens toujours socialiste ! »