Places de crèches en manque de subsides

VOOGT,FABRICE

Page 6

Vendredi 13 juillet 2012

bruxelles La députée Caroline Désir (PS) a interpellé le ministre Jean-Marc Nollet (Ecolo)

Une situation absurde ! » La députée de la Communauté française Caroline Désir (PS) a ponctué ainsi son intervention au Parlement de la Communauté française, après avoir interpellé le ministre Jean-Marc Nollet (Ecolo) en Commission de l’Enfance, de la Recherche, de la Fonction publique et des Bâtiments scolaires.

Raison de son indignation ? Des places sont et ont été créées dans des crèches, notamment à Bruxelles pour répondre au boom démographique, mais leur ouverture dépend de l’activation du plan Cigogne III qui doit permettre de débloquer les subsides de fonctionnement. La députée Florence Reuter (MR, opposition) donne un exemple concret : celui de Bruxelles. La Ville a lancé six projets, soit 218 places, qui doivent voir le jour d’ici à 2015 et qui sont subsidiés par la Région : « Dès 2013, 72 places seront en attente du plan Cigogne III. »

Pour Florence Reuter, il s’agit d’une situation qui rappelle celle d’une autre commune bruxelloise, Auderghem, qui dispose, elle aussi, de nouvelles places, toujours vacantes, parce que les subsides se font attendre. Pour l’ensemble de la Région, Caroline Désir estime à environ 200 le nombre de places disponibles qui ne rentrent pas dans la programmation 2012. Hélas, le ministre Nollet l’a redit, « la réglementation actuelle ne permet pas de subventionner les places d’accueil bruxelloises sans programmation ». Il dit avoir, « lors de la réunion conjointe des gouvernements », « déposé une note visant la mise en place d’une feuille de route dont l’objectif est l’ouverture de places d’accueil, donc un plan Cigogne III ».

« On est sur une bombe sociale ! »

La situation est préoccupante. « Bruxelles, dit Caroline Désir, compte actuellement 52.254 enfants de moins de trois ans. Ils seront 57.615 en 2020, soit 5.361 de plus. » Elle pointe un autre danger, celui de voir la pression encore monter sur les crèches « francophones », qui relèvent de l’ONE (Office de la naissance et de l’enfance), en raison du décret flamand voté le 28 mars. « Selon les nouvelles exigences du décret, 55 % des places des milieux d’accueil subsidiés par Kind & Gezin seront réservées aux parents en mesure de démontrer une connaissance suffisante du néerlandais ».

« On sait très bien que beaucoup de francophones mettent leurs enfants dans des crèches de Kind & Gezin, conclut Caroline Désir. Que vont-ils faire s’ils ne peuvent plus y avoir accès ? Aller dans une crèche privée. Certaines exigent jusqu’à 850 euros par mois ! C’est impayable pour la plupart des Bruxellois. On est sur une bombe sociale ! »

Selon Jean-Marc Nollet, l’impact du décret flamand n’est pas encore mesurable. Un groupe de travail réunissant l’ONE et Kind & Gezin plancherait sur des mesures transitoires qui doivent permettre aux structures existantes de s’adapter au décret. Il devrait entrer en vigueur en 2014.

les chiffres

Plus 5.361 enfants en 2020

Bruxelles compte actuellement 52.254 enfants de moins de trois ans. Ils seront 57.615 en 2020, soit 5.361 enfants de plus.

16.424 places à Bruxelles

Bruxelles compte 16.424 places d’accueil (un taux de couverture de 31,34 % seulement), selon la répartition suivante : 8.976 places qui relèvent de l’ONE et 7.448 de Kind & Gezin.