Première rentrée à la fac d’archi

DE BAST,ANNE-CATHERINE

Page 20

Mardi 14 septembre 2010

Université Lambert Lombard et Saint-Luc n’existent plus

A première vue, pas de grand chambardement, pour la fusion des écoles d’architecture. Les étudiants se rendront toujours sur les sites de Lambert Lombard et de Saint-Luc, avec maquettes, équerres et planches à dessin sous le bras. Mais l’ancien institut de pharmacie, qui accueillait le premier jusqu’en juin 2010, et l’ancienne caserne Fonck, QG du second, ont changé de main : ils font désormais partie du patrimoine de l’Université de Liège. Car les instituts supérieurs d’architecture liégeois, concurrents depuis toujours, n’existent plus. Depuis peu, ils ont fusionné avec l’ULg, selon un décret de la Communauté française, créant ainsi la nouvelle faculté d’architecture.

Rien ne change pour les étudiants en cours de formation, si ce n’est que dès juin 2011, ils recevront un diplôme estampillé du logo de l’université. Par contre, les étudiants de 1ère bachelier vont essuyer les plâtres, dès la rentrée, mercredi. Les enseignants des deux anciens instituts ont planché sur un programme commun, qui sera donné sur les deux sites et dans les auditoires de l’ULg au centre-ville. Il faudra deux ans supplémentaires pour étendre le nouveau système à toute la faculté.

Une évolution progressive

« Il y a trop de choses à régler entre les partenaires pour passer d’un système à l’autre en un coup, précise Norbert Nelles, ancien directeur de Saint-Luc et codoyen de la nouvelle faculté d’architecture. Il va y avoir une évolution progressive dans tous les domaines qui va nous permettre de régler toute la logistique au fur et à mesure. »

Au-delà de ces aspects pratiques, les uns et les autres ne voient que des avantages à la fusion. « C’est un rassemblement d’énergies, assure Norbert Nelles. Cela va nous permettre de mieux utiliser le personnel enseignant. On pourra mieux accompagner les stages, proposer un panel de cours plus large, des formations complémentaires, développer la recherche. Les étudiants pourront profiter des infrastructures de l’université ou suivre des cours dans d’autres facultés. Il y aura des connexions de plus en plus fortes. Faire partie de l’ULg, cela nous donne une bien meilleure visibilité au niveau européen. » Et du côté de l’université, la création de la onzième faculté permettra d’élargir l’offre de formations.

En tout, mille étudiants en architecture viennent gonfler les rangs de l’ULg, dont 300 à 350 en première année. Ce n’est ni plus ni moins que l’addition du nombre d’inscrits dans chaque institut l’an dernier. Reste à voir si la renommée future de la faculté attirera plus de candidats.

Sept instituts d’architecture ont fusionné depuis juin 2010

Dans un souci d’uniformiser les formations en Communauté européenne, la Communauté française incite les établissements d’enseignement supérieur à se regrouper. Dans ce sens, un décret organise la fusion des sept instituts supérieurs d’architecture implantés sur son territoire. Le regroupement devait être appliqué au 30 juin dernier. Concrètement, Lambert Lombard et Saint-Luc rejoignent donc l’ULg, le second perdant ainsi son caractère d’enseignement libre créant la faculté d’architecture, la onzième fac de l’université. Les implantations de Saint-Luc Tournai et Bruxelles intègrent l’Université catholique de Louvain, tandis que l’institut Victor Horta et La Cambre fusionnent avec l’Université libre de Bruxelles. Particularité : les universités de Liège et de Bruxelles ont choisi de créer une nouvelle faculté, tandis que Louvain a préféré intégrer l’enseignement de l’architecture dans la faculté des sciences appliquées. Concrètement, les architectes liégeois souhaitaient rester indépendants pour préserver leur identité, l’enseignement de cette matière étant très spécifique, différent de celui des ingénieurs, en ce compris les ingénieurs architectes. Mais les étudiants de l’une ou l’autre faculté pourront toujours travailler en synergie.

Repères

Patrimoine

Les bâtiments des instituts sont intégrés au patrimoine de l’université. Les cours d’atelier de projet seront prodigués au Botanique, les cours pratiques en Outremeuse et les cours théoriques dans les auditoires des HEC, place du XX Août et quai Van Beneden, pour les étudiants de première. Les autres restent chacun sur leur site.

Personnel

Les enseignants des deux instituts sont regroupés, ainsi que le personnel administratif, qui travaillera en synergie avec les services généraux de l’université. Les deux directeurs ont perdu leur statut le 30 juin, mais sont devenus codoyens jusqu’en 2014. Ensuite, des élections détermineront le seul doyen.

Minerval

Les étudiants en cours de formation paieront le minerval de l’école la moins chère, soit 520 euros. Les nouveaux étudiants devront s’acquitter du droit d’inscription fixé par l’université, à savoir 835 euros.