« Ce sera la paix ou l’apartheid »

KOLLER,FREDERIC

Page 18

Samedi 13 novembre 2010

Proche-Orient Jimmy Carter reste très engagé sur le dossier israélo-palestinien

ENTRETIEN

Agé de 86 ans, l’ex-président américain Jimmy Carter reste un homme hyperactif malgré une récente alerte médicale. Il se lève chaque matin à 5 heures, fait de la natation puis effectue une revue de presse internationale. Il nous a reçus à 7 h 30 sur les hauteurs de Vevey, en Suisse, où il retrouvait quelques membres du groupe indépendant des Anciens (The Elders) composé d’ex-hauts responsables politiques ou figures de la société civile (Nelson Mandela, Kofi Annan, Mary Robinson, etc.). Habitué du Proche-Orient où ses prises de position tranchées contre l’occupation israélienne lui valent une grande sympathie dans le monde arabe et le mépris du gouvernement israélien, Jimmy Carter est de retour d’un séjour en Israël, dans les territoires palestiniens, en Egypte, en Syrie et en Jordanie. Le Prix Nobel de la paix 2002 livre son analyse.

Comment s’est passé votre dernier déplacement ?

La situation des Palestiniens est la suivante : en Israël, ils sont soumis à 35 lois qui discriminent spécifiquement les citoyens non juifs (...). A Jérusalem-Est – occupé par Israël –, les Palestiniens ne sont pas traités comme des citoyens. La communauté de Silwan, où il y a 55.000 Arabes, n’a pas de place de jeux et on n’y construit aucune école. Le maire de Jérusalem s’en est excusé tout en nous expliquant qu’il planifiait un site archéologique et touristique à cet endroit. Les Arabes qui y vivent depuis 65 ans seront forcés de partir. En Cisjordanie, plus de 300.000 colons israéliens ont confisqué la terre et les propriétés des Palestiniens pour construire leurs propres maisons. Enfin, il y a le pire, Gaza, qui est comme une cage dans laquelle vit 1,5 million de Palestiniens, dont 75 % sont des réfugiés.

Que pensez-vous de l’attitude de Barack Obama sur ce dossier ?

Son discours du Caire était formidable. Il a mis en évidence le fait que toutes les colonies étaient illégales, qu’elles sont un obstacle à la paix et qu’un jour elles devront être démantelées. C’était très fort. Mais depuis il a été beaucoup plus silencieux sur les possibilités de réussite du processus de paix. Parmi les personnes que nous avons rencontrées, aucune n’a parlé de succès. Personne. La plupart des Arabes et des Palestiniens estiment que ce dialogue est improductif et qu’il ne fait que fournir une excuse aux Israéliens pour continuer la colonisation.

Qu’est-ce qui bloque ?

Les Israéliens refusent de stopper les constructions dans les colonies comme le demandaient les Etats-Unis. Durant le prétendu gel des constructions, ils n’ont pas cessé de construire. Un engagement sincère d’Israël en faveur de la paix implique l’arrêt de ces constructions.

Il y a déjà 300.000 Israéliens en Cisjordanie. N’est-il pas trop tard ?

Non. L’ensemble de la communauté internationale appelle les Israéliens à se retirer des territoires palestiniens dans les frontières de 1967 avec quelques modifications qui peuvent être négociées. La plupart des personnes, y compris les leaders arabes, s’accordent à dire qu’un échange de terre autour de la Ligne verte serait acceptable.

Face à l’impasse actuelle, les Palestiniens pourraient-ils déclarer la création de leur propre Etat ?

Beaucoup de Palestiniens, y compris Mahmoud Abbas [NDLR, président de l’Autorité palestinienne (AP)], nous ont dit qu’ils engageront une action auprès du Conseil de sécurité de l’ONU pour demander la reconnaissance de la Palestine comme un Etat dans les frontières de 1967. Beaucoup de pays pourraient reconnaître un tel Etat. Mais il est vraisemblable que les Etats-Unis opposeront leur veto. L’autre possibilité est d’aller devant l’Assemblée générale de l’ONU et d’obtenir un maximum de soutiens pour un tel geste. Mais un succès dépendrait de la volonté des pays arabes et européens de contredire les désirs des Etats-Unis. Jusqu’ici les membres de l’UE ont été subordonnés aux Etats-Unis.

L’Autorité palestinienne est-elle prête pour l’indépendance ?

Je dirais qu’à présent les territoires palestiniens ne sont pas prêts pour l’indépendance. Mais s’ils obtenaient un soutien approprié du monde extérieur, par la reconnaissance diplomatique et des liens économiques, alors très vite ils pourraient devenir autosuffisants. D’ici là, ils risquent de dépendre de l’assistance financière internationale. L’AP pense pouvoir réduire rapidement le besoin d’aide extérieure. Il y a une amélioration économique en Cisjordanie, mais ce développement se concentre autour de Ramallah. Il n’y a aucun doute que les Palestiniens se porteraient mieux s’ils étaient indépendants.

Pourquoi les Etats-Unis sont-ils aussi proches d’Israël ?

On pourrait en dire autant des Européens. Aux Etats-Unis, il y a tout d’abord un très puissant lobby politique israélien. Il existe ensuite une croyance naturelle qu’Israël est une grande démocratie comme la nôtre quelque part au Proche-Orient. Ils voient Israël comme un petit Etat assiégé par des centaines de millions d’Arabes antagonistes – alors qu’Israël a les capacités militaires les plus avancées de la planète grâce aux Etats-Unis. J’ajoute que le Centre Carter a aidé à superviser quelque 80 élections problématiques dans le monde. Les trois meilleures élections que nous ayons suivies ont été organisées en Palestine : quand Arafat a été élu, l’élection de Mahmoud Abbas et les élections de 2006. Quand le Hamas a gagné, Israël et les Etats-Unis ont dit que c’étaient des terroristes pour les empêcher de diriger les territoires palestiniens alors que quelques mois plus tôt c’étaient des candidats légitimes. (...) Quand je rencontre les responsables du Hamas, ils disent clairement qu’ils accepteront tout traité de paix négocié entre Abbas et Israël qui serait approuvé en référendum par le peuple palestinien.

Ne pensez-vous pas qu’Israël est une démocratie ?

Ils ont des élections démocratiques pour leur propre peuple. Mais comme je l’ai dit, ils ont des lois spécifiques qui interdisent un traitement égal pour les non-Juifs. Cela concerne 1,5 million d’Arabes (20 % de la population) et environ 320.000 autres personnes qui sont ni juives ni arabes. Je ne dis pas qu’Israël n’est pas une démocratie, mais ce n’est pas une démocratie comme les nôtres.

Vous êtes certainement la personnalité officielle la plus élevée à avoir utilisé le terme d’« apartheid » pour décrire la situation en Cisjordanie et à Gaza...

Le titre de mon livre était Palestine : la paix et non l’apartheid. L’apartheid est le mot exact pour décrire ce qui se passera si on continue vers la solution apparemment inévitable d’un seul Etat où Israël devra soit abandonner son contrôle politique aux Palestiniens qui représenteront la majorité de la population soit priver cette majorité de ses droits de vote. Ce sera alors par définition un apartheid. Si vous prenez un dictionnaire d’anglais, apartheid signifie la domination d’un peuple par un autre et la séparation officielle de ces deux peuples. C’est ce qui se passe déjà en Cisjordanie. Israël est de toute évidence la puissance dominante et requiert légalement la totale séparation entre colons juifs et Palestiniens. C’est pourquoi j’utilise le mot d’apartheid.