PROVINCE DE LIEGE:PREMIERE BELGE POUR LA PREVENTION DU SIDA ET DE L'HEPATITE ECHANGE DE SERINGUES DANS 66 PHARMACIES

RENETTE,ERIC

Page 21

Jeudi 15 décembre 1994

Province de Liège: première belge pour la prévention du sida et de l'hépatite

Échange de seringues dans 66 pharmacies

Soixante-six pharmacies ont répondu à la suggestion de leur association professionnelle (APPL) et proposent, officiellement depuis hier, un comptoir d'échange gratuit de seringues pour les toxicomanes. Elles se signalent grâce à un autocollant au symbole évident: deux flèches en sens opposés, l'une verte et l'autre rouge. On entre et on sort discrètement d'une officine, explique J. Pétré, président de l'APPL, et notre réseau offre aux malades toxicomanes, comme à tous les malades, un gage de professionnalisme.

Par l'intermédiaire de l'ASBL «Modus Vivendi» (Communauté française), chaque pharmacie a reçu cinquante «kits» d'échange (2 seringues, 2 tampons antiseptiques et 1 préservatif) ainsi qu'un coffret adapté à la récupération sans risque des seringues usagées et à l'incinération après remplissage.

Déjà pionniers en matière de réseau de distribution de la méthadone (deux fois plus nombreux en province de Liège qu'en... France), les pharmaciens liégeois ouvrent donc une nouvelle voie en matière de prévention du Sida et de l'hépatite, rejoignant leurs collègues hollandais, britanniques, allemands et australiens.

Les 66 officines participantes sont réparties dans toute la province de Liège... à l'exception de l'arrondissement judiciaire de Verviers où l'on est visiblement plus frileux sur le sujet.

Pour H. Schlitz, le maïeur liégeois dont la ville participe au programme à travers le «contrat de sécurité», l'action de prévention s'inscrit dans une logique de collaboration plus globale. Ainsi, «sa» police a également décidé de ne plus confisquer les seringues stériles trouvées sur des toxicomanes lors de contrôles ou d'arrestations.

De son côté, le parquet liégeois prépare une circulaire à destination des polices de son ressort afin qu'elles n'entravent pas le bon déroulement des échanges en pharmacie (par des surveillances, des contrôles...).

É. R.